[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
BRUXELLES / NAIROBI (Reuters) - La police a fouillé mercredi le siège de la société belge Semlex, qui fournit des passeports à divers pays africains, et la maison de son PDG, Albert Karaziwan. Une douzaine de policiers sont arrivés au bureau de Semlex à Bruxelles et à la maison de Karaziwan dans la ville tôt le matin. En début d'après-midi, la recherche se poursuivait.
Photo d'archives: Karaziwan

Un porte-parole du procureur fédéral belge a déclaré: "Nous menons ces recherches dans un cas de blanchiment d'argent et de corruption." Il a refusé de donner plus de détails.

Karaziwan n'a pas commenté lorsqu'il a été contacté par téléphone. "Arrêtez vos drames ... Merci et au revoir," dit-il avant de raccrocher. Un avocat de Semlex n'a pas répondu à une demande par courriel pour un commentaire.

Plus tôt cette semaine, les autorités comoriennes, archipel de la côte est de l'Afrique où Semlex a fourni des documents d'identité depuis 2007, ont annulé 170 passeports qui, selon le gouvernement, avaient été délivrés à tort à des étrangers, dont de nombreux Iraniens. Les passeports, fournis par Semlex, avaient été émis entre 2013 et 2016 par un gouvernement précédent.

Le gouvernement actuel des Comores a également retiré la semaine dernière un passeport diplomatique délivré à Karaziwan par une administration précédente qui l'avait nommé ambassadeur itinérant.

L'action des autorités en Belgique et aux Comores fait suite à deux rapports de Reuters examinant les activités de Semlex en Afrique, où la société privée belge a décroché des contrats d'une valeur de centaines de millions de dollars.

Semlex et Karaziwan n'ont pas répondu aux demandes de commentaires sur ces rapports. En décembre, lorsque le deuxième rapport a été publié, François Koning, un avocat représentant Semlex, a déclaré que Reuters était manipulé par un tiers essayant de nuire à l'entreprise.

En avril dernier, Reuters a détaillé comment Semlex a remporté un contrat pour la production de passeports biométriques en République Démocratique du Congo. L'accord a considérablement augmenté le prix que les citoyens doivent payer pour les passeports, et des documents ont montré qu'une société du Golfe appartenant à un parent du président du Congo a reçu une part importante des revenus. La présidence congolaise n'a pas répondu aux questions de Reuters sur cette histoire.

Peu de temps après, les procureurs belges ont déclaré qu'ils enquêtaient sur l'affaire.

En décembre, Reuters a examiné les opérations de Semlex dans d'autres pays africains, en particulier aux Comores. Selon des courriels, des contrats et d'autres documents consultés par Reuters, Semlex a conclu des accords par le biais de relations politiques, parfois sans passer par des appels d'offres publics, et parfois en effectuant des paiements à des intermédiaires. Karaziwan a été impliqué dans la vente de la nationalité comorienne par l'intermédiaire d'une société basée à Dubaï, selon des sources proches du dossier et des documents consultés par Reuters.

Une semaine après la publication de l'article, Semlex a publié une déclaration disant qu'elle n'avait aucun rôle dans la délivrance des passeports. Il a déclaré que ce rôle était purement une prérogative des autorités locales.

Les autorités comoriennes continuent d'enquêter sur cette affaire. Le gouvernement a déclaré avoir demandé l'aide d'Interpol et des Etats-Unis pour plus d'informations sur certains étrangers ayant acheté des passeports comoriens. Au moins deux acheteurs de passeports comoriens étaient des personnes accusées par les autorités américaines d'avoir violé les sanctions contre l'Iran, a constaté Reuters. Reuters n'a pas pu déterminer comment ces personnes ont sécurisé les passeports.
Entre 5 000 et 10 000 passeports comoriens pourraient avoir été achetés par des étrangers soumis à un contrôle minime, a déclaré un diplomate occidental dans la région à Reuters cette semaine. "Il n'y avait aucun moyen de savoir qui étaient les gens", a déclaré le responsable. "Nous sommes inquiets que cela soit utilisé pour contourner les sanctions iraniennes".

Une liste des passeports comoriens annulés cette semaine indique que beaucoup étaient détenus par des étrangers nés en Iran.

Philippe Engels de Bruxelles et David Lewis de Nairobi. Reportage supplémentaire par Robert-Jan Bartunek à Bruxelles. Montage par Richard Woods et Sara Ledwith
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.