[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
Ce cas, a un autre de similaire qui date de longues années. Ceux qui écrivent l’histoire, peuvent s’en souvenir… car, comoriens que nous sommes, ruminer ceux qui restent dans le passé, nous est chose lourde. Mais qu’avions-nous vécu en 1994, sous le régime Djohar ? 
La deuxième personnalité de l’Etat qui serait revenue de droit de l’île de Mohéli, a été sacrifiée par quelques uns de ses fils. Un poste ministériel de plus. Au moment où le député Mohamed Said Mchangama voulait s’accaparer de cette deuxième personnalité du pays, dont la présidence de l’Assemblée nationale, le pouvoir a changé ce poste contre deux postes ministériels, pour l’île de Moheli. Elarif Oukacha et son mouvement embargo ont mis fin à leurs caprices. Passons.

Actuellement, le régime en place, souffre du chaud et du froid. Le seul souffle, sont les assises tronquées, qui auraient été nationales et rendues en assises Azali-CRC et courtisan. Ainsi, elles sont la seule source de respiration du président colonel Azali, déjà en difficulté permanente. Mais encore, idiot qu’il n’est pas, le colonel Azali, est averti de l’indignation de plusieurs comoriens de l’île de Moheli. Cette île représentée au niveau de l’Etat par un vice-président aux allures d’un stagiaire, malgré les gros morceaux qu’il détient, reste toujours à l’écart du pouvoir.

« Ou inu nde yatru ? »

Et pour calmer les esprits des indignés, à la crainte d’un embargo, version 2018…, le colonel Azali a signé deux décrets pour l’île de Moheli. Un calmant aux symptômes. L’un portant nomination du président des assisses Azali-CRC et courtisans, en la personne Djabir, l’autre porte nomination du Directeur Général de Comores télécom Mr Archimed... Et à part ces décrets présidentiels, qu’est-ce qui peut apaiser la colère du peuple comorien, moment où, il y a presque deux ans d’un régime qui est sensé faire cinq ans de vie, lambine comme une limasse ? Et si l’on parle de l’ironie ou de l’auto-moquerie du régime ? Peut-on prétendre une émergence sans justice ni probité… ?

Ce chef de l’Etat colonel Azali décrie la justice comorienne, et lui crache dessus. Et le peuple qui est exposé à ses mépris abyssaux. Depuis l’aube du régime en place, l’espoir atteint à son crépuscule. Le chef de l’Etat a osé composer un gouvernement avec des ministres parmi lesquels, des fripons ayant des dossiers lourds au palais de justice de Moroni. Et les nominations des Directeurs généraux dont des casseroles trainent dans les parcours.

APNI (Autorités politiques non identifiées)

Son ministre de l’intérieur et son ministre de finances, deux personnalités au tableau souillé par des prévarications financières, les différents Directeurs généraux, tels que celui de l’ONICOR, de la fonction publique, le sortant des Comores télécom, le DAF de la douane comorienne, le DG des SCHC… pour ne citer que ces hommes. Et l’absence des enquêtes, qui auraient permis à une justice correcte ? Enquête sur les incendies et les vols mystérieux aussi de hautes gammes. L’incendie du commissariat au plan, celle de la voiture du commissaire au plan même, du trésor public… la volatilisation d’une mallette à l’intérieur de laquelle, cinq milliards de fc comoriens à l’Aéroport de Nairobi et pourtant en présence du V-président en charge de l’économie…

Le chef de l’Etat ne cesse pas de prendre son peuple pour de dadais. Ce qui l’intéresse c’est de rester au pouvoir le plus longtemps possible. Il fortifie le béton par n’importe quoi et n’importe comment. C’est pour cela qu’il œuvre pour l’enterrement de l’opposition comorien, qui n’a jamais été forte en tout cas. La compétition d’acrobatie de Houmed Msaidié, Said Larifou, Sounhadji Athoumani, Ahmed Said ben Djafar, Abdou Soefo et autres, n’est pas anodine. Ces APNI (Autorités Politiques Non Identifiées), croient en leurs destins ? Pensent-ils qu’un jour deviendront-ils chef de l’Etat comorien ou ailleurs ?

Sans remettre tous sur la responsabilité de Dieu, ces hommes ont du comprendre que le seul système pour survivre est le plan Bernard Kushner envers Sarkozy. Sinon sauver le pain est meilleur que sauver la Paix. Le pays part en miettes, le moral à zéro, l’espoir en berne, les mœurs attentées, mais ces APNI parmi d’autres s’en tapent les reins. Cette œuvre de destruction est bien une création des quatre vingt disards nés du régime « gendrocratique » Mwangaza-RDR, qui avait pris les Comores en otage pendant cinq ans et couvé des larrons insoucieux.

Par SAID YASSINE Said Ahmed
COMORESplus
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.