[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
Ça y est ! Je suis officiellement une catherinette !

Je crois comprendre qu’à mon âge courir derrière le mariage devient le sport favori de certaines filles et de leurs familles ; parfois même au grand désarroi de leurs cœurs. Habituellement, la société comorienne voudrait qu’à 25ans, une fille soit déjà mariée ou ait un projet de mariage défini. Autour de moi, beaucoup des femmes sont tellement sous la pression du mariage qu’elles en deviennent dépressives. Suis-je donc anormale ? J’ai 25 ans et je n’arrive toujours pas à rêver de la somptueuse robe blanche.

Oh non ! Il ya surement un truc qui cloche chez moi ! Le mariage n’est-il pas la finalité de notre vie à toutes ? Bon sang ! Pourquoi je n’arrive pas à y penser ? Peut-être que le fait de dormir tous les jours à coté d’un type quelconque qui ronfle m’effraie ? J’avoue que je ne suis pas particulièrement friande des ronflements. Attendez ! A moins que le mariage ne soit tout simplement pas une priorité pour moi ? Bingoooo ! En effet, après plusieurs questions sans réponse sur mon éventuelle folie, je me suis rendue compte que le mariage n’est qu’un vague rêve après d’autres rêves. Je me marierai un jour afin j’espère. Mais je refuse que ce soit le but ultime de ma vie ! Je crois que je peux et je VEUX laisser à l’humanité plus que des enfants.
D’ailleurs, je ne peux m’empêcher d’être triste quand je vois combien des sacrifices certaines filles comoriennes doivent faire pour être enfin mariées. Entre renoncer à ses rêves, abaisser ses standards, se contenter de peu…tout y passe ! Certaines hypothèquent même leur vie rien que pour pouvoir porter la fameuse « robe verte ». Persuadées ainsi que seule la présence d’un homme leur garantie une vie heureuse. Après tout, ne nous a-t-on pas appris que le mariage est une condition sine qua non du bonheur ? Que les enfants sont l’essence même de notre vie ?

Effectivement, dés le plus bas âge on nous prépare à être des « bonne épouse » et des « bonne mère », jamais des bonnes « leaders ». Malgré qu’on nous envoie à l’école, qu’il y ait des femmes ministres… l’exemple d’une vie réussie se limite toujours à cette cousine ou cette voisine mariée, qui a un mari et des beaux enfants qui jouent dans le jardin. Quel bonheur ! Tant pis s’elle a dû écourter ses études ou a dû se suffire d’un job minable malgré son potentiel. Elle s’est peut-être même contentée d’être une « housewife » malgré ses diplômes, vu que son mari gagne ou crois gagner assez pour toute la famille mais no matter! Même les enfants de la diaspora, qui ont eu la chance d’être nés dans des endroits où tous les rêves sont possibles n’échappent pas à la règle. Cependant, je ne les en veux pas. Car à force de ne pas vivre comme on pense, on finit par penser comme on vit. Tristesse !

La société a exagérément fait l’apologie du mariage que malgré le fait qu’aujourd’hui nous pouvons prétendre aux même études, aux mêmes jobs et aux mêmes salaires (je sais ça reste théorique) que les hommes, notre existence de femme célibataire et sans enfant devient une insulte à la vie, une source de pollution de la terre, la cause de la sécheresse…bref, une tare sociétale. Les gens ont réussi à établir un théorème qui voudrait que « femme= homme+enfant ». Celles qui ne rentrent pas dans cette moule, hop ! au cimetière ! 

Le célibat de la femme devient un virus mortel qu’il faut éradiquer à coup de page web de rencontre, de mariage arrangé et de « je te présente mon cousin ». (Non vous ne rêvez pas il s’agit bien de ce cousin qui a pour seule vie ; glander au village et manger les hérissons). En revanche, chez la gente qui pisse debout, le constat est tout autre. 

En outre, souvent on constate que la love story torride pour laquelle on a remué ciel et terre finisse en queue de poisson, en ne laissant que des blessés et des morts. Et ce sont toujours NOUS les femmes qui en paient le prix fort. Entre celles qui finissent usées à force de baisser la garde, les divorcées de la honte (Oui ces petites filles qui ont divorcée à peine mariée), les mères « célibattantes » qui chantent « papaoutai » en chœur avec leurs gosses … le tableau est assez sombre. 

Alors à toutes ces femmes, je leur dis STOP ! Mettez à la poubelle les préjugés (avec eux la voisine/copine reloue qui nous les rabâche). Affrontez 2018 les épaules légères et prenez des résolutions pour lesquelles la priorité sera VOUS. Rappelez-vous de quelques règles d’or :
  • Vous êtes en principe des êtres COMPLETS ! Avoir un homme dans votre vie doit être une valeur ajoutée à celle-ci et non pas la base. bah quoi ! ce sont les autres-là qui ont une cote en moins pas nous donc...
  • Apprenez à être heureuse sans avoir constamment besoin que ce soient les autres la source de ce bonheur. vous ne pouvez pas attendre que l’autre affronte vos propres combats de la vie.
  • Apprivoiser la solitude. Non ! même quand vous avez l’impression d’être seule sachez que ce n’est pas le cas. Vous êtes avec vous-mêmes donc recentrez vous sur votre épanouissement et sur vos projets.
  • Apprenez à vous aimer. L’amour propre et la confiance en soit sont les clés d’une vie heureuse. Encore faudra t-il savoir dans quel sens les tournées ! Donc Apprenez à aimer cette femme que vous voyez chaque matin dans vos miroirs.
  • Mettez un terme à la servitude sentimentale (alors çà !). Surtout, essayez de ne pas vous focaliser sur un homme au point de devenir l’ombre de votre propre vie. Cette femme en vous qui n’a pas d’autres rêves hormis le mariage doit disparaitre à jamais (en même temps que 2017).
  • Ayez des principes. Oui je sais que c’est dur avec les hormones qui nous harcèlent, notre daronne qui crie à en faire un AVC qu’elle veut des petits-enfants, l’horloge biologique qui fait tic tac … PATIENTEZ ! L’homme qui vous est destiné arrive. Ne vous jetez pas dans les bras du premier venu par désespoir. (les chevaux ne sont pas aussi rapides que ca que donc patientez le prince charmant est en route) !
  • Soyez ambitieuses ! rêvez grand les filles et n’écoutez pas la petite voix en vous qui vous dit c’est impossible. Même si ça à l’air compromis vous pouvez y arriver.
Pour finir, je crois que les Comores n’ont pas besoin que des épouses et des mères. Ils ont besoin des femmes qui en plus d’être mère, peuvent être des leaders. Nous sommes multi-potentielles, nous pouvons tout faire, il suffit juste d’y croire. Je suis persuadée qu’il peut y avoir des Marie Curie ; des Angela Merkel ; des Oprah Winfrey ; des Victoria Beckham ; des Michelle Obama, des C.Taubira, … made in Comoros !

Ne soyez pas une femme, soyez toutes les femmes en une !
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.