[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
DARCHARI MIKIDACHE : COMPLICE DE DETOURNEMENT DES ASSISES NATIONALES DEVENUES UN CONGRES DE LA CRC ELARGI A CEUX QUI VIVENT SANS COMPLEXE DE LA ZAZAMANIA

Notre prétendu sauveur des Comores Darchari Mikidache (photo) se fend coup sur coup en l’espace d’une heure de deux publications en guise de réponse sans y faire référence à la contribution s’interrogeant sur son soutien aveugle aux Assises d’Azali, intitulée : « DARCHARI MIKIDACHE PREND LE BATEAU DES ASSISES EMERGENTES DANS LA MAUVAISE GOUVERNANCE ». La première « SYNTHESE DE L’INTERVIEW ACCORDEE AU JOURNAL ALFAJR » qui ressemble plus à un placage de cours de fac mal digérés, à un catalogue de bonnes intentions, une façon sans doute pour lui toquer à la porte du nouveau pouvoir. La conversion à l’optimisme émergent sans la moindre nuance est la meilleure formule magique…

Sans doute n’étant pas convaincu de la pertinence de sa première réponse dans la mesure où l’angélisme de départ à propos des assises est mis à mal de jour en jour par la réalité décevante de celles-ci, Darchari Mikidache a crû bon de renchérir par une deuxième publication « RASSEMBLEMENT DES FORCES VIVES POUR REUSSIR POUR LE CHANGEMENT ». A l’heure où je rédige cet article, il vient de nous gratifier d’une énième contribution « POUR UN DIALOGUE NATIONAL EXIGEANT AFIN D’OFFRIR LE MEILLEUR A LA NATION COMORIENNE » .

Mais à regarder de près ces articles, notre inspecteur des Finances reste dans le cadre de la gesticulation, des éléments de langage et de la posture et aucune de ces contributions n’apporte la moindre réponse aux interrogations que suscitent bien son soutien aveugle et inconditionnel aux assises d’Azali… Nous sommes frappés par l’autisme de ce Don Quichotte moderne de la diaspora, apparemment le seul qui n’ait pas encore compris que les assises sont détournées par le pouvoir et qu’il continue à brasser du vent avec des concepts éthérés, inadaptés et une phraséologie empruntée en total décalage avec la situation comorienne.

La réalité de ces assises mal parties rattrape notre Matamore. Ce ne sont pas trois publications soudaines pondues au cours d’une même journée avec un simple catalogue de réaffirmation de principes vides de sens au regard de la réalité des Assises d’Azali qui vont dédouaner Darchari Mikidache d’une complicité avérée avec le régime. Autrement qu’il nous dise comment et avec qui va-t-il défendre des Assises inclusives, transparentes et participatives ? Avec qui et comment va-t-il promouvoir des Assises qui se donnent comme réelle vocation de faire le bilan de 42 ans d’indépendance pour un nouveau départ des Comores ? Que peut-il encore faire de plus qu’Idriss Mohamed et Mohamoud CBE pour redresser la barre ? Manifestement il est en train de surestimer ses forces dans cette affaire.

Darchari Mikidache doit être au courant de basses manœuvres du pouvoir pour le verrouillage du CPAN et de l’indignité du comportement du M11 dont l’essentiel des membres s’aligne à la volonté du régime en échange de quelques faveurs accordées par le régime. Si l’homme éclairé et se disant engagé pour les Comores ignore ces choses-là, c’est qu’il n’est pas à la hauteur des enjeux et le mythe Darchari Mikidache, le zorro, le sauveur des Comores doit immédiatement tomber…

L’intérêt justement de voir des gens de la diaspora participer à ces assises, c’était la garantie de sérieux, d’exigence de sincérité et de respect des principes de démocratie, des libertés et des règles d’Etat de droit… Mais aller voir la schizophrénie de Darchari Mikidache et s’interroger sur les réelles motivations de ce garçon par rapport à ces assises.

Cet inspecteur des Finances parfaitement au fait des règles de comptabilité et d’engagement en matière des Finances publiques est capable d’accepter que sous nos cocotiers, le budget de 360 millions alloués aux assises ne figure sur aucune loi de Finance…

Cet inspecteur des Finances prétendant lutter contre la corruption et parlant de la nécessité de bonne gouvernance est capable sous nos cocotiers de fermer les yeux sur la corruption généralisée pour acheter les consciences, sur la création des sinécures et les nominations fantaisistes pour faire participer les gens à ces assises d’Azali, la dilapidation des derniers publics pour financer les déplacements et les meetings en faveur de celles-ci.

Cet inspecteur des Finances formé et travaillant en France, pays de droits de l’homme et terre de démocratie ferme les yeux sur le non-respect des règles de l’Etat, des institutions, et des libertés démocratiques et individuelles, dont se rendent coupables les promoteurs de ces assises dénaturées.

La vérité, c’est que cet enfant qui ressemble à son père est tout sauf d’être un homme de principes, à moins qu’il nous en fasse la démonstration contraire… Sans respect des règles de l’Etat, des institutions et de la démocratie, avec le coup d’Etat permanent que nous vivons, se traduisant par la mise en veilleuse de la Cour constitutionnelle des Comores et une volonté manifeste de transformer les Assises en congrès de la CRC élargi à ceux qui vivent sans complexe de la « Zazamania », il doit se calmer, arrêter de se prendre pour ce qu’il ne peut être et de vendre n’importe quoi aux comoriens.

Darchari Mikidache est finalement un petit arriviste prétentieux qui n'hésite pas à monter dans le bateau des assises émergentes, et ce malgré la mauvaise gouvernance ambiante et caractérisée, et le contexte délétère dans lequel celles-ci se mettent en place. Qui se ressemble s'assemble. Ainsi Darcharai Mikidache n'éprouve-t-il aucune gêne à travailler avec des gens comme Larifou, Djaé Chanfi, Andoudou, Dhulkamal, Moustadrane, Abdou Ousseni, Azali, Maoulana, Bianrifi, Msaidié, A.Jaffar, des opportunistes politiques confirmés partisans de vieilles recettes en matière de gouvernance à l'origine des immobilismes de notre société et de son sous-développent... Comment peut-il faire du neuf avec du vieux?

Que Darchari Mikidache sache ! Personne n’est contre les Assises dès l’instant qu’elles sont comoriennes. Pour l’instant elles sont les Assises du pouvoir taillées sur mesure et il ne peut condamner ceux qui ont fait le choix de la politique de la chaise vide pour demander de vraies assises. C’est un choix noble et salvateur ! S’il est sincère, plutôt que gesticuler, il doit voir comment peut-il contribuer à rendre aux Assises leurs lettres de noblesse au lieu de se rendre complice d’un détournement de celles-ci par le pouvoir Azali d’abord par son silence assourdissant sur les dérives du régime actuel et par la promotion de la dictature des Assises à tout va…

Ahmed BOURHANE
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.