[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
Un pays en lambeaux ! tel est le titre du dossier de l’année 2015 de votre blog « Comores-droit ». Ce 6e dossier de l’année de votre blog de 80 pages, dénonçait la situation catastrophique dans laquelle, le pays patauge depuis son accession à l’indépendance en 1975. En effet, notre pays a effectivement fêté cette année ses 42 ans d’indépendance.
Azali le  6 juillet 2017

42 ans, ce n’est rien pour la construction d’un pays surtout pour un pays comme le nôtre, qui n’était parti de rien à son accession unilatérale à l'indépendance, mais 42 ans c’est suffisant pour construire les fondations d’un développement harmonieux et durable d’une nation et d'un pays. Certains pays dont des voisins ont fait des miracles en 42 ans d’indépendance et ont sorti une franche importante de leur population dans la pauvreté. De l’avis de plusieurs de nos compatriotes, le bilan de nos 42 ans d’indépendance demeure mitigé, sombre, négatif, catastrophique …Faut-il faire des assisses pour faire ce bilan !

Notre pays est malade. Il est en lambeaux et continue de subir des années de gâchis, de disfonctionnement de ses institutions, de dilapidation des maigres ressources de l’Etat et de dégradation des biens publics. 42 ans après notre indépendance, la population n’a pas accès à ses services sociaux de base. L’eau est devenue une denrée rare, la population à l’exclusion des plus démunis qui n' ont pas le choix, fuit nos hôpitaux qui sont devenus des mouroirs et nos écoles publiques qui accueillent le plus souvent les délaissés de la Républiques. Les routes sont délabrées et plusieurs zones du pays demeurent inaccessibles… Des villages comme Outsa à Anjouan ne sont toujours pas desservis en route.

Conséquence, la population fuit massivement la partie indépendante de l’archipel pour se réfugier à leur risque et péril, dans la 4e ile demeurée sous administration française : Mayotte. Une ile qui s’éloigne de plus en plus de son giron naturel et qui développe une haine viscérale des sa population à l’égard des Comoriens. Le visa Balladur, qui a fêté ses 22 ans cette année, renforce toujours la division du pays et cause des milliers de mort. 

Les meilleurs d’entre nous, qui peuvent apporter des solutions aux difficultés rencontrées par la population, fuient eux aussi le pays pour des cieux meilleurs. L’élite chouchoutée ailleurs est marginalisée, ridiculisée, dans notre le pays. Un pays est pris en otage par ceux qui n’ont jamais brillé dans leurs études, qui ont refait plusieurs fois leurs examens ou qui ont carrément fraudé leurs diplômes. Avec leurs « grandes gueules », leurs cynismes, leurs incompétences, leurs « sans-foutisme », ils tirent le pays vers le bas. Le pays ne favorise plus malheureusement l’excellence dans les nominations aux postes stratégiques de prise de décision, dans le recrutement dans la fonction publique, dans les établissements publics et les sociétés d’Etat. Ces nominations sont partisanes, régionalistes et ne font pas recours à des critères de compétence, de probité d'intégrité et d’honnêteté. C’est celui qui fait preuve de "soumission", de "lèche-bottes", de "griotisme", de violences verbales, d'insolence... qui a toute les chances d’intégrer ces fonctions. 

Chaque peuple a les dirigeants qu’il mérite et les Comoriens méritent bien leurs dirigeants. Ils ne choisissent pas toujours lors des différentes élections qui se déroulent dans ce pays, les candidats les plus intelligents, les plus honnêtes qui ont démontré dans leur carrière professionnelle, leur passé, leur intégrité, leur honnêteté et leur amour au pays.

Les derniers classements réalisés par les différentes institutions internationales placent notre pays en queue de peloton des pays d'Afrique et du monde. Ce classement démontre encore une fois la mauvaise gouvernance qui règne dans notre pays encouragée par le comportement de nos dirigeants et de la compréhension qu’ils ont dans la gestion des affaires publiques. Ils confondent souvent les biens publics et les biens de la famille. Le peu de ressources que le pays dispose est dilapidé et mal géré. Les responsabilités publiques et les avantages politiques et matériels y afférents sont repartis, sur la base non pas de la compétence et du mérite, mais sur la base de la parenté, du régionalisme et des affinités politiques. Les fonds publics sont gérés dans l’opacité totale en violation flagrante des textes qui régissent le pays.

42 ans après l’accession de notre pays a l’indépendance, les élus et les autorités s’en fichent éperdument de la loi. La loi ne guide pas les actions de nos dirigeants qui piétinent allégrement la législation en vigueur. Des institutions importantes de l’Union, notamment la Cour Constitutionnelle, prévues soit par la constitution soit par des lois sont mises en veilleuse délibérément en violation de la loi. La législation du pays est constamment contournée, écartée, violée, voire contredite par des normes inférieures. Ceux qui sont censés appliquer et faire respecter la loi, sont les premiers à la piétiner.

Notre administration demeure lente, archaïque et déconnectée des besoins de la population. Elle est incapable de mettre en œuvre les orientations du Gouvernement et de produire des services de qualité au profit des citoyens. Le Gouvernement demeure sourd aux critiques formulées par la population portant sur les prestations des services sociaux de base. L’assemblée de l’Union ne joue pas suffisamment son rôle de contrôle et de législateur. Le pouvoir judiciaire est inefficace et fait l’objet de critiques acerbes notamment de la part du Chef de l’Etat. Une justice qui ne veille pas au respect de la primauté du droit.
Avons-nous besoins des assises pour faire ce bilan de l’indépendance ? Il est urgent d’améliorer la gouvernance de pays et cesser les palabres inutiles qui ne font pas avancer le pays.

Par ComoresDroit
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.