[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
Le trafic maritime mondial s’est développé au fil des années, avec comme conséquences ; La multiplication des sociétés de transport et l’extention des ports. Ces derniers sont le réceptacle de nombreux composants polluants de nature et d’origines diverses : Les navires marchands utilisent essentiellement comme carburant un fioul lourd, sous-produit du pétrole qui émet de l’oxyde d’azotes et de l’oxyde soufre, très toxiques pour la santé humaine. L’activité portuaire comprend notamment l’ancrage des bateaux, la manutention et le stockage des produits arrivés ou en voie d’embarquement. Ces opérations engendrent une contamination des eaux environnantes et un envahissement des fonds par des produits toxiques, difficilement dégradables.
Port de Mutsamudu - photo d’archives 

Ce sont des rejets liquides et solides liés au fonctionnement même d’un port ; entre autres, les hydrocarbures et les macrodéchets, qui arrivent par la mer, les rivières ou jetés dans le port par les usagers des lieux. Les navires de transport étant de gros consommateurs de carburant, donc de gros émetteurs, ils utilisent des carburants peu raffinés, donc très polluants. Sans effort particulier, ces polluants s’évacuent vers la mer et provoquent de dégâts irréversibles : Destruction des habitats, dégradation de la qualité de l’eau et perturbation du fonctionnement des écosystèmes avoisinants.

Le port de Moroni est le principal lieu d’échange demarchandises entre les Comores et le reste du monde. Il constitue un lieu hautement exposés aux pollutions. Les gros navires profitent du temps qu’ils passent dans les ports pour rejeter leurs eaux de ballast, introduisant ainsi de nombreuxmicrobes et de nouvelles espèces. Une convention a par ailleurs été signé en 2004(Convention BWM) afin d’établir des règles mondiales pour contrôler le transfert d’espèces potentiellement envahissantes. En effet, la moindre fuite de carburant, d’huile moteur ou du circuit hydraulique se transforme en une nappe qui peut s’étaler sur plusieurs centaines de mètres. Des études récentes révèlent que le carburant des navires, qui émet beaucoup de soufre, est à l’origine de 60 000 morts prématurées en Europe, par an. 

A l’heure actuelle, la seule réglementation disponible en la matière au niveau mondiale est celle de l’Organisation Maritime Internationale (OMI), qui établie des zones d’émissions contrôlées dans lesquelles les teneurs en soufres de carburants sont réglementées. Pour le cas des Comores, la question est de savoir ; comment les autorités portuaires s’y prennent pour lutter contre ce phénomène ? Existe-t-il une équipe spécialisée en charge de la lutte contre cette pollution ?La réponse est « non » et les ports de Mutsamudu et celui de Boigoma ne font pas figure d’exception, c’est en effet le même scénario.

Il y a nécessité, pour le pays, de se doter d’une réglementation solide en matière de gestion environnementale des ports, suivie d’une analyse de la situation actuelle de la pollution de l'air et de l'eau et d'établir un inventaire complet des différentes sources de pollution. Celles-ci peuvent être accidentelles, telle que la manipulation et le transport des marchandises et le stockage des produits dangereux. Elles peuvent également être permanentes, telles que les activités portuaires de réparation et de nettoyage. Le droit maritime comorien étant limité, un droit portuaire qui intègre la dimension environnementale doit voir le jour. Sur le plan opérationnel, il est urgent de mettre en place des équipes techniques chargées de veiller à la propreté des ports avec un plan directeur comprenant plusieurs taches notamment :

- Le ramassage des déchets solides sur les plans d’eau;
- La récupération des huiles sur les plans d'eau;
- Le nettoyage des quais;
- L'égouttage et l'épuration des eaux dans le port;
- L'épuration des eaux de délestage et de cale;
- La localisation des activités polluantes dans les ports.

La dépollution des ports comoriens mérite d’être au cœur des préoccupations de l’autorité compétente. Si nos ports sont bourrés de produits toxiques, les eaux chargées de matières en suspension et de particules solides, c’est que la santé humaine est sérieusement en danger. J’invite les responsables du secteur à œuvrer pour la formation du personnel portuaire sur la gestion environnementale et la sensibilisation des usagers des ports. Youssouf Ben
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.