[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
LES ASSISES NATIONALES

Certains en parlent comme la solution miracle de tous les maux des comoriens. D'autres y voient de la posture politico-politiques mais, rares sont ceux qui osent s'aventurer à faire une réelle analyse de la situation autour de ces assises nationales. Pour ma part, beaucoup de questions s'invitent dans mon esprit et j'ai envie de les partager avec vous (oui je suis trop généreuse)

Avons-nous réellement besoin de ces assises nationales?

Ma réponse est NON ! Comprenons-nous bien !Nul ne peut nier que le gouvernement comorien donne le sentiment qu'il organise ces assises pour faire croire que les dispositions qui en sortiront, seront le fruit d'un consensus et qu'il ne les impose pas. Sauf que nous sommes en droit d'attendre de nos leaders, qu'ils discutent, débattent avec leurs équipes et les "partenaires sociaux" mais qu'ensuite et surtout, qu'ils décident seuls et assument leur choix.

Les assises nationales, tout comme un éventuel référendum, ne peuvent avoir de sens que si ça permet de sortir de l'impasse en cas de crise institutionnelle et/ou politique pouvant menacer la sécurité nationale (est-ce le cas aux Comores aujourd'hui ?).
Or, il n'y a pas de volonté de sécession d'Anjouan. En Grande Comore, les avis sont très mitigés. Quant à Mohéli....

La situation politique comorienne actuelle ne nécessite pas la mise en place d'assises nationales. D'autant que ces assises sont un four tout sans colonne vertébrale.

Les assises nationales permettent-elles une cohésion et une unité des îles?

Ma réponse est NON. Le gouvernement comorien nous a annoncé ces assises nationales comme étant une initiative de la société civile qui en serait l'organisatrice (l'Etat ne devrant être qu'un facilitateur). Pourtant, dans les faits, le gouvernement s'est totalement approprié l'organisation des assises, au-delà d'un simple rôle de facilitateur. Il est le principal financeur, coordinateur etc. Bref, tout semble avoir été pensé pour semer le trouble dans une atmosphère de tension palpable, avec ces assises. Comment ?

1. Le gouvernement a défini et validé la mise en place d'une commission de coordination des assises nationales, constituée de 45 membres parmis lesquels : 
  • - seules 2 ou 3 femmes y figurent, 
  • - les îles d'Ajouan et de Moheli n'y sont quasiment pas représentées (à ma connaissance, sur les 45 membres de la commission de coordination, seul 1 anjouanais y figure et Moheli est guère mieux lotis). On masque ceci sous le prétexte qu'il s'agit d'assises nationales et non insulaires. C'est faire insulte à nos frères et intellectuels des îles d'Anjouan et Miheli.
  • - les institutions publiques y sont représentés par 13 membres de même que les classes politiques (pour rappel, l'Union des Comores ne reconnaît que 6 partis politiques légaux depuis 2016 pourtant, des leaders de partis politiques désormais illégaux sont représentés dans la commission de coordination des assises),
  • - la société civile (celle-là même qui est censé être l'initiatrice et organisatrice des assises) y est minoritaire 
  • - les jeunes y sont exclus (pour rappel, l'Union des Comores est constituée d'une population dont la majorité a moins de 35 ans)
2. Le gouvernement comorien prend le risque d'exposer la population comorienne à des troubles inutiles en favorisant des tensions de part et d'autre parmi les habitants des 3 îles. On a le sentiment que seuls quelques vieux dinosaures de la politique de l'île de Grande Comores sont aptes à dresser un bilan sur les 42 ans d'indépendance des 3 îles, créant ainsi, des tensions dans la relation des uns et des autres.

Les sujets définis pour les assises nationales répondent-ils aux attentes des comoriens?

C'est la grande surprise de ces assises nationales. À seulement 2 mois de la tenue des assises, aucun sujet n'est clairement défini. On nous a annoncé des assises nationales censées dresser le "bilan de 42 ans d'indépendance"; un joli titre qui veut tout dire et rien dire à la fois.
Le gouvernement comorien aurait-il une idée derrière ces assises nationales ? Aurait-il peur de devoir assumer une décision déjà arrêtée ? Il y a une technique de base en stratégie, qui consiste à faire croire à l'autre que ce que tu lui imposes, relève de sa propre décision.

Mais les comoriens ont changé et les dernières élections en sont la preuve pour ceux qui ne croient pas. Par Daika Hamadi
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.