[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
Il est toujours bon de rappeler car certains voudraient simplement effacer l'histoire et la mémoire nationale pourtant les faits sont là. Sambi a délibérément mis fin à cet accord historique pour les Comores, car il a choisi de livrer la souveraineté nationale à ses commanditaires chiites iraniens et à son partenaire Bachar Kiwan. Il n'avait pas besoin du soutien de nos partenaires techniques et financiers traditionnels pour accompagner les Comores, dans son développement social et économique. Sambi savait déjà que l'opération de la citoyenneté économique allait remplir ses longues poches avec les centaines de millions de dollars.

Il a fait le choix d'escroquer la nation pour uniquement son propre intérêt. Cet homme fait déjà l'objet de plusieurs enquêtes judiciaires et par les institutions de la République. Déstabilisé, il cherche avec ses affidés et par tous les moyens à détourner l'opinion par une stratégie de communication mensongère, honteuse et indigne d'un homme politique. ©Said HILALI

Rs 6 milliards pour les Comores

Assoumani Azali, Navin Ramgoolam et Thabo M’beki se sont tous trois dit satisfaits, hier, de l’issue de la table ronde

La conférence de Grand-Baie a permis à l’Union des Comores d’obtenir des promesses de dons pour son développement représentant la moitié de la somme qu’elle attendait. Maurice donnera Rs 30 m.

La réunion des bailleurs de fonds pour les Comores a pris fin hier après-midi à Grand-Baie. Les bailleurs de fonds se sont engagés à débourser Rs 6 milliards (200 millions de dollars) pour cet archipel. 

La France vient en tête avec un engagement de Rs 2,3 milliards (65 millions d’euros) pour soutenir le développement socio-économique des Comores. Maurice compte donner Rs 30 millions. 

Les promesses fermes de 200 millions de dollars représentent un peu plus de 50 % de la somme que les Comores attendaient. Le Premier ministre Navin Ramgoolam, le président sud- africain Thabo M’beki et le président comorien, Assoumani Azali, affichent quand même la satisfaction. Car d’autres donateurs, absents de la réunion, se sont engagés à intervenir dans les différents programmes de développement socio-économique et réformes structurelles et axes stratégiques présentés par les Comores. L’Union de Comores avait pensé pouvoir réunir 300 millions de dollars à cette conférence. 21 pays et 28 organisations internationales et régionales étaient présents. 
Lors de l’ouverture de la conférence, l’allocution spontanée et lucide du président sud-africain Thabo M’beki, a marqué les esprits. “Si l’on n’arrive pas à aider une nation de seulement 576 000 habitants, cela signifiera que l’avenir de l’humanité est très sombre.” Elle avait débuté avec un appel emphatique à la compassion des partenaires, aussi bien traditionnels que nouveaux, de cet archipel fragile. “Pouvez-vous nous aider à trouver cette assistance minuscule pour renforcer les processus démocratiques ?” a lancé candidement Thabo M’beki. 

Afficher la suite...


Le président Azali a tenu à remercier les gouvernements de Maurice et d’Afrique du Sud et l’Union africaine, qui ont soutenu les Comores dans l’organisation de cette conférence. “Cette conférence a été un succès. On attend aussi que d’autres donateurs confirment leurs engagements”, dit le président Azali. Sur cette même question de somme déjà réunie le président M’beki affirme que “c’est un très bon début”. Alors que Navin Ramgoolam souligne “qu’un très grand pas en avant a été franchi”. 

Le président M’beki a parlé de l’assurance donnée par le président Azali que les élections présidentielles prévues en avril 2006 “auront lieu à temps, qu’elles seront crédibles, justes et libres, et que toutes les conditions seront créées pour quelles soient ainsi”. 

“Les engagements donnés par les leaders comoriens, dit le président M’beki, nous permettent d’avancer que l’instabilité est chose du passé. Les dons proposés à la conférence sont basés sur la confiance dans cette direction.” Il avait souligné en début de conférence que malgré la vulnérabilité de l’archipel - comme le démontre son statut de petit Etat insulaire en développement et son appartenance aux pays les moins avancés – l’Union tente, coûte que coûte, de “surmonter un processus d’instabilité qui a duré 30 ans”. 

Elections 

Le président Azali rassure qu’il est de l’intention des Comores “de faire mieux qu’en 2001, quand avait commencé le processus de réconciliation qui avait abouti à l’adoption d’une nouvelle Constitution, mieux aussi qu’en 2002 et 2004 quand des élections ont été tenues et qui ont été approuvées par la communauté internationale”. 

“Pour cette raison, ajoute le président Azali, il n’y a pas lieu d’être inquiet. Nous ne voulons pas jouer les prolongations pour les élections de l’année prochaine.” 

Le thème de ces élections, qui seront effectuées selon le principe d’une présidence tournante (ce qui signifie que le prochain président de l’Union devra être originaire de l’île autonome d’Anjouan), a justement été évoqué par plusieurs intervenants. Si Thabo Mbeki a souligné “l’importance critique ” de l’événement, Assoumani Azali a donné sa garantie que l’Union a “toutes les bonnes volontés pour réussir les prochaines élections présidentielles, pour que l’alternance, prévue dans quelques mois, se déroulent dans les délais impartis, dans la liberté et la transparence, afin que les nouvelles autorités aient la légitimité nationale et internationale requise”. 

“L’Union des Comores se trouve aujourd’hui à la croisée des chemins. […]. Nous restons convaincus qu’avec vos précieuses et généreuses contributions, l’Union des Comores inauguera le début d’une ère nouvelle, porteuse de stabilité, de progrès et de prospérité”, a conclu Assoumani Azali. 

Mais, comme l’a fait remarquer un membre de la diplomatie sud-africaine, il existe souvent une différence substantielle entre les sommes promises par les pays et les sommes versées. 

De son côté, Navin Ramgoolam a donné l’assurance de l’engagement du gouvernement mauricien envers le peuple comorien et surtout de “fournir toute l’assistance possible pour la bonne conduite d’élections libres et justes ” en 2006. Il a ajouté lors de la clôture : “Le processus est en place. Nous sommes confiants que tout va se dérouler comme prévu.”

Le Premier ministre mauricien estime “que, pour les Comores, cette conférence permettra la consolidation de la paix et de la réconciliation aussi bien que la continuation du programme d’allègement de la pauvreté”. 

“Elle symbolise en même temps, dit-il, la solidarité de la région dans ses engagements pour la création des conditions essentielles à la paix et au développement d’un de ses Etats membres. Pour la communauté internationale, le succès du processus de paix aux Comores symbolise l’établissement de l’État de droit et de la promotion de la démocratie et des droits de l’homme”. 

Selon lui, ce processus ne peut réussir sans le développement économique. Les fonds que les donateurs se sont engagés à offrir seront utilisés pour renforcer les infrastructures, améliorer les services de base, alléger la pauvreté et créer les conditions pour le développement économique du pays. 

Réconciliation 

Navin Ramgoolam est “convaincu” que la consolidation du processus de développement aidera les Comores à jouer un rôle plus prépondérant dans la région et à faire face aux défis de la globalisation dans de bien meilleures conditions. 

Navin Ramgoolam et Assoumani Azali, avaient à l’ouverture également fait ressortir les enjeux considérables de la table ronde en matière de la réconciliation nationale, la stabilité politique, et du développement économique. Ce dernier a fait une longue intervention pour remercier les partenaires qui ont répondu positivement à l’appel de son pays et, surtout, pour rappeler le chemin “long et compliqué” emprunté par l’archipel pour arriver à cette conférence. “La normalité retrouvée aux Comores, notamment au terme de la mise en place de toutes les nouvelles institutions, est encore bien fragile, et sachons qu’un rien, un tout petit rien, pourrait tout faire basculer”, a-t-il toutefois mis en garde. 

Assoumani Azali, arrivé au pouvoir au terme d’un coup d’Etat après la tentative de sécession d’Anjouan, a également évoqué la Stratégie de croissance et de réduction de pauvreté (SCRP) de son gouvernement. Elle identifie “les secteurs dans lesquels se concentrent les plus démunis, de manière à accroître directement et rapidement leur revenu d’une part et assurer, d’autre part, le développement à moyen terme de nouveaux secteurs porteurs de croissance”. 

Le Premier ministre mauricien a rappelé l’histoire de la solidarité mauricienne commençant par sa “donation symbolique” de $ 25 000 dans la mise en œuvre de l’accord de Fomboni, ainsi que la participation du pays à la conférence des Amis des Comores à Paris en 2001 où Maurice avait “ouvert une ligne de crédit de $1 million” et aussi la donation de $100 000 au Multi-Donor Trust Fund établi dans le cadre du processus de réconciliation. 

En l’absence du commissaire européen au développement, Louis Michel, c’est le chef de la délégation de la Commission européenne à Maurice, Claudia Wiedey, qui a lu son discours. “Cette conférence représente un moment important dans le processus de réconciliation nationale. J’apprécie la SCRP qui est basée sur une analyse sérieuse et lucide et issue d’une concertation très large.” 

L’assistant secrétaire général des Nations unies pour les affaires politiques, Tuliameni Kalomoh, le commissaire de l’Union africaine pour la paix et la sécurité, Said Djinnit, le représentant du secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie, Lamine Loum, le directeur du département de la coopération de la Ligue des Etats arabes, Samir Hosny, se sont également adressés aux participants lors de l’ouverture."

Alain BARBÉ
Nicholas RAINER/ lexpress.mu - Déc 2005
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
ARTICLES LES PLUS RÉCENTS :
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.