[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
La démocratie caractérise l’Etat de droit et son respect. Elle implique la transparence et une bonne gouvernance dans les affaires publiques. Ce sont les conditions d’une réelle justice sociale notamment en ce qui concerne la réparation équitable des ressources qu’elles soient matérielles, économiques, humaines et intellectuelles, c'est-à-dire du savoir et de la connaissance. Elle ne peut s’accommoder de l’ignorance institutionnelle qui s’instaure. Elle ne saurait non plus se comprendre en dehors d’une protection de tous les droits fondamentaux. Puisque, depuis longtemps, les Comores accorde une place importante aux Droits de l’homme. 

Pourtant, aujourd’hui les Comores ne sévissent pas la corruption, le marasme économique, la misère (insécurité alimentaire, insuffisance et même absence de soins de santé primaires), la gabegie, les détournements des deniers publics, la privation de certaines libertés (liberté d’expression), l’alphabétisme, l’impunité. Mais les lois restent théoriques ou plutôt de sanctionner les plus faibles. Et cela est anormal. Ce qui contredit la consécration ci-dessus des droits fondamentaux. Le non-respect du droit au procès équitable contribue au développement de l’impunité. 
L’impunité dont nous parlons ici c’est une maladie honteuse de notre nouvelle ère. Elle est un phénomène qui s’installe dans tous les domaines de la vie, mine de la vie politique, détruit le tissus social, annule la gouvernance démocratique. Ce sont de violations des droits l’homme. Elle rende plus incertaine encore l’avenir de la population et de la démocratie et elles handicapent notre développement. Toutefois, actuellement, il y a une progression lentement vers la prise de conscience tellement nécessaire à la mise en place d’un Etat de droit dans lequel « les droits fondamentaux de l’homme, les libertés publiques, la justice sont garanties, protégée et promus comme condition nécessaire au développement. » C’est pourquoi nous parlons de défi à relever dans la lutte contre l’impunité dans tout ses les dimensions de la vie et de la nation. 

Et cela va dans le sens où les élus doivent assumer ses responsabilités et contrôlent le respect de la bonne exécution du programme du développement. Il est aussi à sanctionner les responsables qui ne respectent pas le contrat. Et rendre effectif tout ce qui précède, il est de tout évidente que de structure, de contrôle et de suivi doivent être mis en place ou opérationnaliser pour celles qui existent. Les clips de la lutte contre l’impunité relève d’une approche structurelle et institutionnelle de l’Etat qui est à l’origine même de ce problème qui préjudice aux intérêts de la nation tout entier. L’impunité est d’ailleurs le fait de ne pas sanctionner, de se soustraire à la punition. En droit classique, il existe plusieurs cas prévus par la loi qui assure l’impunité à l’auteur d’une infraction : légitime défense, le commandement de l’autorité légitime, l’état de nécessité. Etc. L’impunité c’est l’absence, en droit et en fait de la mise en cause de la responsabilité pénale des auteurs de violation des Droit de l’homme, ainsi que leur responsabilité civile, administrative.

Ils échappent à toutes enquête tendent à permettre leur accusation, leur arrestation et leur jugement. Au terme de notre analyse, les défis de la lutte contre l’impunité sont à relever. À la base de l’édifice des Droit de l’homme, il y a cette idée fondamentale : touts les êtres humains ont une égale valeur et égale dignité ; en quelque sorte, la démocratie prime mais elle n’est pas une solution magique. Cependant, elle représente une condition essentielle de promotion et d’auto-promotion. 
La démocratie est aussi un défi : c’est à la lumière de la vérité, du respect d’autrui, du respect du droit au procès équitable et de la personne ou la région qu’elle peut s’enraciner. Ce qu’il importe de faire à présent, c’est opérer un changement de nos comportements, (population, dirigeant), de notre vision de l’homme pour bâtir une société solidement démocrate parce que la lute contre la culture de l’impunité est indispensable si l’on souhaite donner toutes ses chances à la démocratie et au respect des droit de l’homme aux Comores. Impunité et démocratie sont antinomiques. 

Elle tue la démocratie. A moins que nous ne sommes pas dans un pays démocratique. C’est dans la conscience de la personne humaine qu’on doit appliquer les droits de l’homme et dans des actions pérennes mais ce n’est pas dans des discours éphémères et dans les actes façades. 

AHMED Takou, Ntsaoueni, Enseignant chercheur en philosophie

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.