[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
Au cours d'une conférence de presse, ce mardi après-midi, le directeur général de l'ANACM (Agence Nationale de l'Aviation Civile et de la Météorologie) , Jean-Marc Heintz, a dressé le bilan de sa première année à la tête de l'institution. A cette occasion, il a réitéré sa gratitude envers le chef de l'Etat pour la confiance qui lui a accordée et à l'ensemble du gouvernement qui ne ménage aucun effort pour aider l'ANCM a se mettre au niveau international. Au sujet des compagnies aériennes locales, Jean-Marc Heintz, répondant aux questions des journalistes, a exprimé la disponibilité de toutes ses équipes à les accompagner dans le stricte respect de la réglementation. 

Voici l'intégralité de l'allocution du directeur général avant le séance des questions réponses: 

"Mesdames et Messieurs

Comme vous le savez, cela fait un an depuis que le chef de l’Etat, son excellence Monsieur Azali Assoumani, m’a confié la responsabilité de diriger l’ANACM, l’une des institutions stratégiques de notre pays.

Je ne lui remercierai jamais assez de m’avoir accordé sa confiance, sachez que je m’implique beaucoup pour être à la hauteur de cette confiance. Je remercie également tous les membres du gouvernement qui n’ont ménagé aucun effort pour accompagner l’ANACM à la certification internationale.

Mes remerciements vont également au peuple comorien qui, par son ouverture d’esprit, sa maturité politique et son désir de voir son pays émerger, accepte les changements et la mutation de l’ANACM.

Mesdames et messieurs,

Il est maintenant de mon devoir de rendre compte, à travers la presse, de nos travaux, car cela fait partie des exigences démocratiques. La transparence, la redevabilité, ce sont des facteurs importants pour la bonne gouvernance de notre pays.

Je vous ai invités aujourd’hui pour vous parler du parcours accompli par l’ANACM depuis un an. Du bon et du moins bon

J’ai découvert une ANACM endettée (environ 1 milliard francs) pour la plupart des emprunts bancaires destinés à des travaux jamais finis. Rien n’a été fait pour assainir la situation financière et administrative de l’ANACM.

Nous sommes obligés de relever le défi afin de créer un climat de confiance auprès de nos partenaires internationaux. 

J’ai trouvé l’ANACM classée sur la liste rouge par l’OACI (organisation internationale de l’aviation civile) à cause de notre incapacité de corriger les carences relevées par les différents audits depuis 2008. La liste noire était inévitable, et cela aurait été une catastrophe pour notre pays.

Aujourd’hui, grâce aux efforts de tout le personnel et à l’assistance de l’OACI, nous avons atteint la note virtuelle de 50% sur les 60% obligatoires. Les avancées de nos travaux sont quotidiennement enregistrées en ligne sur le site internet de l’OACI basée à Montréal. 
Je tiens à remercier toutes mes équipes qui ont travaillé jours et nuits sans relâche pour que nous obtenions ces résultats.

Permettez-moi de préciser que nous sommes le seul pays africain qui a obtenu une aide financière de coopération de l’OACI à hauteur de 500 000 euros pour nous aider à nous relever. L’ANACM a versé sa quote-part de 200 000 euros. 

Je voudrais m’attarder un peu pour que tout le monde comprenne à quoi consistait ces travaux qui nous ont permis de relever notre niveau de conformité.

Afficher la suite...


Cela consiste à la mise aux normes de notre règlementation en matière de sécurité et de sûreté aériennes. Je vais citer par exemple l’élaboration du nouveau code de l’aviation civile qui a avait besoin d’être conforme à la convention de Chicago et aux annexes de l’OACI ; l’élaboration des Règlements aéronautiques(RAC), l’élaboration du programme national de sureté (PNSAC).

En ce qui concerne le code, je voudrais lancer un vibrant appel au chef de l’Etat pour son adoption à l’assemblée nationale. C’est une démarche qui mérite une attention particulière.

Dans cette démarche de remise aux normes de notre aviation, j’ai mis en œuvre une politique de formation de nos inspecteurs. On les a envoyés à l’EMAC et à l’ERNAM. Aujourd’hui, ils disposent des solides connaissances et des bons outils pour réaliser leurs missions.

Dans le même souci, nous avons organisé au mois de juin ici à Moroni une formation sur la certification des aérodromes. Comme vous le savez, notre seul aéroport international, l’AIMPSI, n’est toujours pas certifié. Avec cette formation dispensée par Mamoun Chakir, un expert international et compatriote comorien, nous estimons qu’on peut d’ores et déjà débuter le processus de certification de nos aéroports.

Je vous rappelle qu’aujourd’hui, notre aéroport international (AIMPSI) est ouvert jusqu’à 2 heures du matin au lieu de 18 h il y a un an. Nous prévoyons une ouverture totale 24h sur 24h à partir du mois de septembre prochain si tous les services administratifs se joignent à nous. Du coup, toutes les compagnies aériennes et les partenaires reprennent confiance et vont tour à tour revenir aux Comores et nous verrons un nouveau flux économique. 

Mesdames et messieurs,

Les problèmes de l’ANACM ne concernaient pas seulement les questions de sécurité et de sureté. L’organisation même de l’Agence souffrait de beaucoup d’insuffisances et les conditions de travail du personnel n’étaient pas acceptables. Il n’y avait même pas de sanitaires fonctionnels, encore moins de matériels bureautiques. Chaque chef de service utilisait son propre PC.

J’ai engagé un programme de réorganisation avec des critères qui exigent rigueur, discipline et compétences du personnel, notamment pour la sécurité et de la sureté. Les agents restent et font leur travail de la journée. Chaque chef a un devoir bien précis.

Les conditions de travail et de traitement du personnel ont été améliorées, et chacun en bénéficie selon ses qualifications et sa contribution au développement de l’ANACM. Des efforts sociaux ont été réalisés, notamment à l’entrée du mois de ramadan et à l’approche de l’Ide et j’espère faire perdurer ces aides sociales. Le directeur des ressources humaines est attentif, disponible pour tout le personnel.

En ce qui concerne les outils de travail, nous avons fait un gros effort. Je ne me sentais pas capable d’exiger des résultats si les agents ne disposent pas de moyens. 

Le parc automobile a été réparé, plusieurs locaux ont été réhabilités et aménagés, des panneaux solaires ont été installés, ainsi qu’un groupe électrogène de 40 KVA neuf. L’internet haut débit est à disposition de tous. 
Nous avons installé 9 stations climatologiques dans les régions de Ngazidja et une station Synergie à Moroni pour la prévision météo en temps réel. Nous attendons un radar de couverture pour les précipitations. Le bloc technique de la météorologie est entièrement rénové et est fonctionnel. Les bulletins météo sont diffusés quotidiennement. 

Nous remercions le Pnud, un partenaire stratégique, pour son appui en équipements bureautiques pour les services de la météorologie. 

Avant de conclure, je tiens à souligner qu’à mon arrivée, j’ai dû créer un service de comptabilité et d’archives qui n’existait pas. Tout se faisait dans l’opacité. Il a fallu réorganiser le service financier tant en facteurs humains qu’en matériels.

Ce bilan n’est pas exhaustif, il y a tellement des choses faites qu’on ne pourra pas citer à cette occasion.

Vous allez me demander quelles sont les perspectives pour les prochaines années. 

Et bien nous avons beaucoup à faire, car nous comptons atteindre de meilleurs niveaux pour les 4 années à venir. Nous sommes très mobilisés pour participer à l’essor du pays. Cette participation vient naturellement du domaine aérien.

L’adoption du nouveau code de l’aviation civile permettra d’engager plusieurs chantiers avec les partenaires nationaux et internationaux. La création d’une compagnie aérienne nationale avec l’appui d’un partenaire stratégique est réalisable. Le transport des marchandises consommables est également un des facteurs clés pour l’essor du commerce en Union des Comores. 

Une nouvelle tour de contrôle avec des blocs techniques seront prochainement construits à l’aéroport de Hahaya. Les travaux doivent commencer au mois de septembre. 

La 40e session de l’OACI est prévue pour le 14 septembre prochain. Si le code est adopté, l’ANACM va recevoir la note officielle de 50% sur les 60% de minimum requis. Cela voudra dire qu’on aura fait en un an ce qui n’a pas été fait en 9 ans.

Le premier MAG (magazine de l’ANACM) va bientôt sortir. C’est une petite révolution à l’Agence. Les lecteurs pourront découvrir les évolutions de l’aviation civile, découvrir toutes les nouveautés et comprendre pourquoi nous sommes redevenus de bons élèves : le lancement du projet de la certification des aéroports, le viseur des compagnies aériennes, les investissements dans le secteur aérien, la promotion de nos jeunes, etc… 

Ce magazine aura pour but d’éveiller les consciences et de réaliser que nous évoluons dans 4 petits cailloux en plein océan au milieu de nulle part. Insulaires que nous sommes, insulaires nous resterons, donc « unissons-nous, sinon on nous dévorera » ! 

Le bien-être de tous depuis le retour de l’électricité et de sa stabilité, ce n’est pas un cadeau du ciel. C’est du vrai, du concret, et cela a coûté très cher. Mais c’est une promesse tenue par notre président, son excellence le colonel Azali Assoumani.

Nous n’aurions jamais pu élaborer tous ces textes à la lumière des bougies. Merci Monsieur le président. 

On peut réussir, on doit réussir, on va réussir.

Je vous remercie !"
©ANACM
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
ARTICLES LES PLUS RÉCENTS :
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.