[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
Les cadavres que regorgent le plus grand cimetière marin du monde ne sont pas à ricaner. « Du comorien » n’est pas le cœlacanthe, une espèce marine rare à pécher uniquement dans l’océan indien, mais un peuple certes pauvre mais digne. Alors poussons nos cris de colères. Des moqueries, des insultes, indignons-nous, manifestons, réagissons. 

Montrons que nous avons droit à un peu de dignité en condamnant l’attitude du Président qui heurte les consciences collectives. Ce dénigrement n’est pas acceptable quand on sait que la cause de ces naufrages découle de l’instauration du visa Balladur en 1995 qui a fait plus de 12 000 morts. Nousne méritons pas des blagues de mauvais goût, despropos irrespectueux.

Mais il faut aussi penser à l’avenir pour des solutions durables qui peuvent éradiquer le problème afin de construire l’avenir en agissant avec solidarité. C’est la raison pour laquelle j’invite la Diaspora Anjouanaise de France et d’Outre Mer (D.A.F.O.M), la diaspora comorienne en France, le fondateur et porte parole du comité Maoré et l’élue de la république française Madame Faouzia VITRY à la création d’une ONG par devoir de solidarité. 

La matérialisation, la concrétisation de ces solutions est d’inviter les deux préfets de Mayotte et de la réunion avec la présence de l’ambassadeur de France aux Comores à ériger une structure d’accueille qui sera dirigé par une ONG avec laquelle nos solidarités individuelles iront à celle-ci pour aider en priorité les enfants de cette traversée.

Montrons que nous avons les larmes aux yeux suite aux propos choquants et méprisants. « Trocadero », « Excuses » Oui ! Ok ! D’accord ! Et après ? Sommes-nous capable d’agir dignement pour honorer ces morts par solidarité pour que les autres viennent nous aider ? Ou est la solidarité spirituelle à savoir les duaa en ce mois de ramadan pour que Dieu aide les enfants des naufragés ? Quel service à autrui faisions-nous parsolidarité pour nous rendre utile par devoir pour ceux qui meurent par la pauvreté en osant la traversée, financièrement, politiquement et socialement ? 

Que « Trocadéro » ne soit pas uniquement pour une « exposition » pour laver notre conscience devant les medias en manifestant sans impact mais aussi comme son nom l’indique pour une « révolte ». Mais en nous occupant de façon solidaire les uns des autres. Ayons une attitude vraie en fessant l’effort d’améliorer la situation. 

Trouvons des solutions dans un cadre pour résoudre ce contentieux. Car chacun a son rôle à jouer pour aider les Comores, à réduire les morts par noyade. En effet, cette bourde diplomatique de son Excellence Monsieur Le Président Emmanuel Macron permet de se souvenir de cet éminent problème sur la migration avec les engagements de développer la solidarité de l’espace indianocéanique au sein duquel les déplacements physiques doivent pouvoir se réaliser. Il est à souligner aussi que la France doit assumer son rôle d’accompagnement. 

Est-ce que l’ambition des comoriens n’est pas justement d’accroître l’impact des interventions de la France, en mettant l’accent sur la création d’un processus aux Comores pour s’assurer que les organisations régionales et le gouvernement comorien puissent mettre en œuvre à court terme une stratégie pour la promotion de la sécurité maritime au bénéfice de ceux qui traversent cette mer vers Mayotte ? Il y a lieu de se poser la question. Car au fond ce qui importe c’est une mise en œuvre pour espérer bénéficier d’une structure sur les migrations.

Nul n’ignore que cette traversée devient une préoccupation de plus en plus importante dans la circulation de l’océan indien qui semble justement pénaliser l’Union des Comores. Et c’est la raison pour laquelle j’invite les comoriens en particuliers la diaspora à s’emparer de la question parce que ce dont on veut être sauvé, c’est d’un malheur de visa voleur de vie. Un visa imposé aux comoriens du quotidien qui s’affronte à des contraintes avec l’aspiration au bonheur.

En attendant une démarche concrète de la part de la France d’ici ‘2000 HO HO’ ; en attendant que l’État comorien donne sens à son action politique en s’engageant par des actes sur le sujet ; quelles solutions pour aujourd'hui ?

Je propose la solidarité individuelle comme solution provisoire. En effet la solidarité ne doit pas être l’affaire des ONG et des États. Parce que chacun a son rôle à jouer pour faire avancer notre société vers moins d’injustices. S’engager c’est donner sens à la vie des comoriens. 

La mort est la fin de tout. L’anéantissement de ces comorien des drames de la vie de tous les jours, ses rescapés qui ont tous perdus, ses victimes de la traversée notamment les enfants, ces personnes qui se trouvent du jour au lendemain sans abris, dans la rue suite à ces voyages, à quand une vraie solidarité ? Dans ces cas très douloureux où l’existence semble s’être vidée de tout son sel menant à la dépression même au suicide, nous nous devons de leur venir en aide à commencer par leur donner un lieu où dormir.

Il n’est pas normale que ces enfants soient mal menés par la vie de misère aux Comores et se retrouver à Mayotte vers des conditions insupportables et les abandonnés. La deuxième solution que je propose à l’heure où ces enfants semblent n’avoir aucune issue est l’amour car la diplomatie met du temps à porter ses fruits. Juste qu’ils se sentent aimé, même quand tout semble perdu. C’est une voie envisageable pour aider ces comoriens solitaires. 

L’idée centrale est d’amener les enfants à comprendre qu’ils ne sont pas seuls, pas seuls à souffrir. C’est accompagner des vies. Bref une solidarité comme source pour les adapter, faire corps avec les drames. Une solidarité pour les aider à se maintenir en vie. 

MASSIM HADJI
HabarizaComores.com (Habari Za Comores)| أخبار من جزر القمر

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.