[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
«Un jeune, un emploi», oui, mais comment ? En poussant le secteur privé à se séparer de son personnel ?

Après les sociétés d’Etat, le tour revient aux entreprises privées de faire «Un jeune, un chômeur».

Quant on se souvient du slogan de campagne de notre chef suprême, lors des dernières campagnes électorales et le paradoxe de ce qui se passe dans le pays actuellement, on se demande réellement si notre président ne s’est pas trompé de slogan. Comment le chef de l’Etat va respecter ses engagements de campagne en poussant les entreprises privées à la faillite ? Serait-il capable de faire «un jeune, un emploi» sans le secteur privé ? Mettre fin aux fonctions du directeur général des transports quant-il voulait venir au secours d’une entreprise nationale, illustre le contraire de sa devise. Cette entreprise visée par nos «frères-ennemis» pour avoir défendu les intérêts de son pays. 
Afficher la suite...

«Faire de la lutte contre le chômage des jeunes, la priorité de 2017». Comment ? En pousser Int’Air Iles a jeté à la porte la moitié de son personnel pour mettre fin à l’hémorragie de sa société sans réagir ? Ne disposons pas les armes nécessaires pour faire revenir à la direction générale de l’aviation civile française à leur décision pharaonique? Cette décision illicite qui a bloqué les autorisations commerciales qui devront permettre à Int’Air Iles à desservir la ligne Moroni-Dzaoudzi et Pierrefonds. 

On rappelle qu’Int’Air Iles est la seule compagnie aérienne comorienne qui dispose d’un capital aéronautique bâti durant des longues années de combat et de sacrifice, et la laissée disparaître sans réagir, sera parmi les premiers échecs du nouveau régime. 

Une compagnie qui a souhaité mettre fin à l’arnaque affichée des compagnies françaises (Air Austral et Ewa Air), avec ses tarifs qui varient entre 400 à 500 euros soit près de 250.000fc pour Hahaya-Dzaoudzi. Avec son nouvel Airbus, Int’Air Iles a proposée des prix compétitifs entre 200 à 260 euros, soit 130.000fc pour Hahaya-Dzaoudzi. Une volonté qui n’a pas plu à notre maître colonial. Qui voit sa vache à lait arrêter de donner du lait. Mais quant à cette volonté du Mzoungou, personne n’ose pas hausser le ton pour des intérêts personnels. 

Nos autorités politiques oublient que c’est la population comorienne tout entière qui est en danger, qui est bafouée. Quand on sait que notre pays ne dispose pas des infrastructures sanitaires capables de prendre en charge notre santé, on est appelé à avoir des compagnies aériennes capables de nous transporter dans les principales capitales de la région (Tananarive, Saint-Pierre, Port Louis et Dar Es Salam) avec des prix abordables. 

Mais qu’est ce qui se passe ? Une aviation civile comorienne, dirigée par un français. Jean-Marc Heintz, un homme qui a échoué dans le secteur du transport aérien comorien avec sa propre compagnie, le feu «Comores aviation», et qui souhaite voir tous les comoriens qui se sont lancés dans ce secteur revenir au point de départ comme lui. Quelqu’un qui défend les intérêts de son pays et de son peuple comme le cas de Habab Ivessi, ancien directeur général des transports, qui a osé dire non au maître. 

Il est peut-être rancunier, revanchard et jaloux de constater qu’Ab Aviation et surtout Int’Air Iles, deux compagnies aériennes qui l’ont peut-être poussé à sa disparition à petit feu à cause bien sûr de sa mauvaise gestion ont réussi là où il a échoué. Oui Jean-Marc Heintz doit se venger avec l’œil attentif de notre gouvernement en commençant par mettre en difficulté, Ab Aviation en clouant au sol son Boeing 737-200 d’une capacité de 120 places. Et aujourd’hui, le mauvais tour revient à Int’Air Iles avec son Airbus 320 d’une capacité de 150 places. On a assisté aux manœuvres de Jean-Marc pour bloquer Ethiopian Airlines à desservir les Comores pour les intérêts d’Air Austral, et il continue et continuera toujours. Quand est-ce que les opérateurs économiques comoriens et la société comorienne se réveilleront pour dire stop à Jean-Marc Heintz et non à notre gouvernement ?
Par Ali Abdou
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.