[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
UNION DES COMORES
Unité – Solidarité - Développement

PRESIDENCE

DISCOURS 
de Son Excellence Monsieur AZALI Assoumani, 
Président de l’Union des Comores
à l’occasion du lancement du Rapport sur le Développement Humain

(RNDH)
_________
Palais du Peuple, le lundi 19 décembre 2016
____
Honorable assistance
Mesdames et messieurs,

Le 28 aout 2016 à Nairobi, j’ai eu l’honneur et le plaisir de participer au lancement régional du rapport sur le développement humain en Afrique, en présence de nombreux Chefs d’Etat d’Afrique et de Mme l’Administratrice du PNUD, Mme Hélène Clark.

Aujourd’hui c’est à la dois un devoir et un grand plaisir pour moi, de procéder ici, en Union des Comores dans ce lieu symbolique de notre souveraineté, au lancement national de ce rapport intitulé « Accélérer l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes en Afrique ».

A cette occasion, je voudrais tout d’abord, remercier les organisateurs de cette cérémonie ainsi que nos partenaires au développement, notamment le PNUD et leur adresser mes chaleureuses félicitations pour cette heureuse initiative, si prometteuse pour la lutte contre les discriminations à l’égard des Femmes.

Je formule le vœu que cette occasion nous apporte, hommes et femmes, plus de solidarité et d’efficacité dans nos actions de lutte contre la pauvreté et pour l’égalité des hommes et des femmes dans le processus de développement de nos pays et de notre continent.

Mesdames et Messieurs,

Le rapport que nous lançons officiellement aujourd’hui, indique que malgré une hausse du niveau de développement humain en Afrique, il subsiste un écart important entre les genres.

Cet écart se manifeste au niveau du marché du travail, de l’éducation et de la santé, entrave les transformations sociales, économiques et politiques et compromet ainsi la réalisation des objectifs de développement durable et l’Agenda 2063 pour l’Afrique.

Or, la réduction des inégalités entre les hommes et femmes est au centre des préoccupations de beaucoup de gouvernements, d’agences de développement et d’appui humanitaire, voire de toutes les institutions et structures organisées.

Durant ces deux dernières décennies, au cours desquelles le monde a vécu de grandes transformations politiques, économiques, sociales et culturelles qui ont produit des effets différenciés sur la femme et sur l’homme, des femmes et des hommes ont appris à se mobiliser et à s’organiser pour défendre et faire reconnaître les droits de la femme, tant sur le plan socio-économique que sur le plan politique voire même sur celui du Droit.

Il s’agit en effet d’une question d’égalité de chances et d’égalité de droits qui sont officiellement énoncés dans plusieurs conventions et déclarations des Nations Unies, de l’Union africaine et dûment répertoriés dans divers traités.

Toutefois et malgré ces nombreux efforts en faveur de l’égalité des hommes et des femmes, aucun pays au monde n’est parvenu à éradiquer les discriminations qui persistent et se perpétuent à l’encontre des femmes.

En effet, dans de nombreuses sociétés, les femmes demeurent les principales « victimes collatérales » de systèmes patriarcaux, des us et coutumes, qui ne leur donnent pas un égal accès aux services, aux droits et aux opportunités, que ce soit au niveau civil, économique ou politique.

Contrairement à beaucoup de femmes dans le monde, la comorienne, souvent exclusivement à ses frères, accède à la propriété, notamment celle de la résidence familiale et possède, la garde du foyer conjugal en cas de divorce. Elle assure l’éducation des enfants. Elle est à la fois source de l’honneur social et gardienne de l’honneur familiale. La femme comorienne mérite tout le respect dont elle est l’objet.

Cependant, notre système coutumier connaît aujourd’hui des limites et, face au monde actuel, de grands efforts sont indispensables, dans l’enseignement notamment.

Nous devons également appuyer les améliorations et les transformations intervenues ces dernières décennies, dans la société comorienne.

En effet, depuis l’accession de notre pays à l’indépendance la femme comorienne n’a cessé de s’intégrer dans le processus du développement socioéconomique et politique au niveau national.

Au niveau communautaire, nous devons tous réfléchir sur les voies et moyens d’inclure davantage les femmes, dans les débats et les processus de prise de décision, dans tous les lieux indiqués.

Il faut aussi que les femmes s'organisent collectivement et participent aux prises de décisions pour que le rôle économique qui leur est reconnu et l’attention dont ils font l’objet de la part des pouvoirs publics, des ONG et des organisations internationales, se retrouvent au cœur des programmes « d’activités génératrices de revenus » d’abord et « d’entreprenariat » ensuite.

L’accès des femmes aux ressources nécessaires pour développer leur potentiel économique dans l’économie relève dorénavant d’un pari mondialisé et médiatisé, fer de lance de la lutte contre la pauvreté et contre l’accroissement de la paupérisation féminine.

L’enjeu est de taille et les études le démontrent : un rôle actif des femmes dans l’économie nationale permet un meilleur développement du pays et une croissance économique plus soutenue.

Pour cela il faudra des actions volontaristes visant à briser les stéréotypes et les tabous et à promouvoir un véritable changement vers une société où la femme aura toute sa place.

Pour cela et pour la revalorisation et la reconnaissance des emplois des femmes pour leur autonomisation,, il faut d’abord que ses activités soient reconnues, structurées et formalisées pour ne plus apparaître comme une économie informelle au rabais

Excellences
Mesdames et Messieurs,

Un changement de comportement de certaines des habitudes de la femme n’est possible que par une campagne de sensibilisation, de plaidoyer et surtout une implication effective de tous les acteurs de la société notamment les autorités publiques, les partis politiques, les parlementaires, les associations féminines, les syndicats ainsi que les partenaires au développement.

Notre combat doit alors s’inscrire contre ces stéréotypes pour la réduction des inégalités de genre et pour la reconnaissance effective des droits des femmes.

Ce combat doit être militant pour le respect des droits humains et je voudrais dire aux hommes ici présents qu’il ne s'agit pas d'une condamnation du genre masculin, mais de la reconnaissance d'une réalité, et la réalité est que dans la plupart des endroits sur Terre, l'homme préfère garder la femme à la maison.

Il s’agit plutôt de reconnaître à l’homme et à la femme, une égale capacité et une égale légitimité dans l’accès aux responsabilités et au développement.

Il s’agit aussi de changer le regard de la société, afin de libérer les énergies créatrices possibles, les talents dissimulés ou étouffés pour le bien de tous, pour le développement humain.

Il s’agit enfin dans cette phase de transition politique et économique de notre pays et de notre continent, de ne rien négliger pour renforcer la cohésion sociale et de réunir les conditions d’équité et de justice sociale pour le développement durable.

Nous avons tous un grand rôle à jouer, autorités, partenaires et société civile pour imprimer à cette lutte contre les discriminations faites aux femmes, une ambition ciblée forte d’action préventive et curative dans nos sociétés.

En réunissant nos efforts nous réussirons le combat pour la cohésion sociale et contre la discrimination et l’exclusion.

Honorable assistance

Les orientations su Rapport sur le Développement humain cadrent bien avec celles du gouvernement qui reconnaît l’importance de la prise en compte de la dimension genre et la pleine participation des femmes au processus de développement en tant que moyen de favoriser la réduction de la pauvreté et le développement économique du pays.

En effet dans le Document de Stratégie de Croissance Accélérée et de Développement Durable (SCA2D) et du Plan d’investissement quinquennal, le gouvernement y affirme sa volonté de redonner aux femmes la place qui leur revient dans le processus de décision et de développement et s’emploie à une dynamique favorisant une nouvelle organisation sociale où la femme aura toute sa place.

De nombreux acquis sont obtenus en matière d’amélioration et d’harmonisation du cadre juridique, de réduction des inégalités de Genre dans les secteurs économiques et sociaux (santé et éducation) et d’amélioration des capacités institutionnelles, systémiques et individuelles pour la promotion du Genre.

Le poids des femmes dans l’activité économique globale, la participation au processus de prise de décision et la représentation dans les organes législatifs et dans d’autres structures nationales (publiques et privées) ont connu des évolutions positives mais qui restent encore insuffisantes.

De même, les structures devant permettre d’assurer une véritable action de coordination et de leadership de l’égalité du genre sont en cours de renforcement des capacités.

Par ailleurs, on note de plus en plus, l’émergence dynamique des femmes dans les activités du secteur privé commercial. Les initiatives individuelles féminines dans le processus de développement gagnent de plus en plus de terrain. L’expérience du système d’octroi de crédit et d’appui à la création de la micro entreprise, à travers les projets de micro finance a complètement modifié le paysage des micro-activités aux Comores.

Plus de 60 % des projets soumis aux institutions de micro financement sont présentés par des femmes dans divers secteurs tels que la couture, l’aviculture, la restauration, la pâtisserie et les services.

C’est l’occasion de leur dire ici « Bravo les Femmes » !

Ainsi le lancement de ce rapport vient à point nommé et répond à un besoin réel de renforcement de l’implication de la femme dans l’activité économique, de développement de ses capacités en vue de contribuer à l’amélioration de sa situation socio économique et à la création d’emplois.

C’est pourquoi, je réaffirme ici et solennellement, mon engagement personnel et celui de mon gouvernement à créer un environnement favorable à l’intégration économique de la femme et à contribuer à l’instauration des mécanismes institutionnels et financiers permettant d’asseoir durablement les bases de sa participation effective à la vie politique, sociale et économique, y compris l’ accès au crédit ou prêts agricoles ainsi qu’aux services de commercialisation.

Je voudrais alors saisir cette occasion pour appeler les femmes à plus d’engagement dans toutes les structures d’activités politiques et autres, pour franchir le cap d’un « entrepreneuriat de nécessité », vers « l’entrepreneuriat de croissance » afin d’accroître leur pouvoir économique et asseoir ainsi les bases d’un développement fiable et durable de l’entrepreneuriat féminin au service du développement.

Mesdames et Messieurs,

Pour terminer mon propos j’adresse mes sincères remerciements à nos partenaires au développement, pour leur appui technique et financier sans cesse renouvelé en faveur de l’égalité du genre notamment le PNUD et à toutes les institutions et personnes qui de près ou de loin ont contribué à l’organisation de cet évènement.

Sur ce, je lance officiellement, le Rapport National sur le Développement Humain.

Vive la solidarité internationale 
Vive les Droits des Femmes

Je vous remercie.
©Beit Salam
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.