[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
Les philosophes l’ont si bien dit et répété: 
"La langue est l’expression d’une civilisation (culture)."
Sur ce, nous comprenons que parler une langue revient à exprimer voir même à valoriser une culture. Mais dans le cas contraire, délaisser une langue, revient au même titre à délaisser sa propre culture. 

Cependant, pourquoi délaissons-nous nos cultures, au profit de quoi faisons cela ? En effet, les Africain sont les seuls sur terre à vouloir préserver et valoriser les cultures de leurs oppresseurs au détriment des cultures africaines. Ainsi, aujourd’hui nous ne sommes pas étonnés des impactes que provoque ce phénomène.

  • Si aujourd’hui les Africain n’ont pas de direction, c’est en partie parce qu’ils ne savent pas d’où ils viennent car si on en croit la pensée de Marcus Garvey : 
"Un peuple sans la connaissance de leur histoire passée: origine et culture est comme un arbre sans racines."

  • Si aujourd’hui l’Africain est l’être le plus désespéré de la planète c’est en partie parce qu’on lui a ôté la chance d’espérer. Ainsi Montesquieu nous dit:
"Tant qu’un peuple n’a pas perdu sa langue il garde l’espoir."

  • Aujourd’hui la plus part des Africain sont réduits au silence pour beaucoup des raisons: 1) la première est le fait que ne sachant pas parler cette langue étrangère, l’Africain ne parle pas par peur de commettre des fautes: ainsi l’Africain se tait même quand les choses en question lui concernent au plus profond! 2) L’Africain est réduit au silence car, malgré que nous parlions de démocratie dans nos pays, nos autorités préfèrent utiliser les langues des oppresseurs pour des questions d’ordres nationales. Par conséquent, des gens comme moi qui ne parlent pas bien ces langues impériales, se taisent même quand ils ont des belles idées. Pour cela Fary Ndao montre son aversion: 
"Les langues internationales n’y sont bien souvent comprises que par une minorité qui les utilise pour confisquer les débats démocratiques, monopoliser l’information économique et contrôler l’appareil d’État."

Au finish, les autorités ne parlent qu’à eux même si non ils parlent à leurs maîtres occidentaux car ils savent très bien que la majorité de leurs concitoyens ne comprennent pas les langues qu’ils utilisent. Et même s’ils comprenaient ces langues impériales, je rejoindrais le Héro Sud-Africain Nelson Mandela quand il disait que: 

"Si tu parles à un homme à l’aide d’une langue qu’il comprenne, ce que tu le dis va à la tête. Mais si tu lui parles dans sa propre langue ça va directement dans son Cœur."

Aujourd’hui je comprends car il m’a fallu un grand courage pour écrire dans une langue dont je ne maitrise pas. Et que certainement beaucoup d’entre vous se moqueront de mon Français en ignorant que je ne suis pas Français. Et que mal parler cette langue ne m’inquiète pas autant que mal parler mon Kiswahili (chikomori). Certes, je vous écris en Français et non en Kiswahili car je sais que je ne serai pas lu en d’autre langue africaine. Mais aussi que cette langue étrangère devrait servir à communiquer avec ceux qui ne comprennent pas nos langues et non autre chose. 

C’est pourquoi d’ailleurs je demande pardon à mes parents si leur objectif en m’envoyant à l’école de blanc était de parler cette langue étrangère car je crois que je les ai déçus. En effet, je réalise aujourd’hui qu’étant étudiant je dois apprendre les langues impériales pas pour les parler comme les propriétaires mais pour pouvoir défendre les intérêts des opprimés devant les oppresseurs. Alors, je n’ai pas à perfectionner cette langue qui n’est pas la mienne au détriment de la mienne. Parce que je ne veux pas finir comme Albert TEVOEDJRE

"Si j'étudie avec intérêt une langue aussi parfaite que le français, je regretterai toujours d'avoir été obligé d'apprendre d'abord le français, de penser en français, d'ignorer ma langue maternelle ; je déplorerai toujours qu'on ait voulu faire de moi, un étranger dans ma propre patrie!"

Albert TEVOEDJRE a raison car parmi les conséquences néfastes de ces langues qu’on nous impose dans les écoles est comme l’a si bien dit V.Y. MUDIMBE 

"Le jeune africain va apprendre une langue étrangère qui lui permettra, selon les normes intellectuelles consacrées, de communier aux valeurs d'une tradition et d'une culture insigne, certes, mais étrangers. Et lorsqu'un jour, il sortira du Lycée, il s'interroge sur sa propre histoire et le passé de son milieu, c'est avec regard fortement marqué qu'il lira, le plus souvent en langue étrangère, le destin passé des siens, sa propre condition dans le présent et les perspectives futures de sa terre et de sa culture."
Cependant, nous regrettons qu’au XXIe siècle que nous sommes, les dirigeants africains sont en circulation pour faire la promotion de la langue de ceux qui les ont dominés, humiliés, marginalisés et j’en passe. Certes, je ne suis pas contre ces belles langues et encore moins je ne suis pas de l’avis du grand résistant sénégalais Lat Dior (1842-1886) quand il disait: 

"assuma sopp ku naan bonsuur'' (‘’je n'ai jamais aimé ceux qui disent bonjour"). 
Mais j’ai toujours trouvé cela stupide que les Africains enseignent les langues des oppresseurs, pour dire les cultures de ceux qui les ont dominés au détriment de nos belles langues africaines. Par conséquent l’éducation en Afrique aujourd’hui est pareille qu’au moment où les blancs étaient à la tête de nos États. Pour la simple raison que même les disciplines purement africaines sont évaluées du point de vue occidental. C’est pourquoi Malcom X s’inquiète:

"Seul un abruti laisserait à son oppresseur le soin d'éduquer ses enfants"

Le problème est qu’ici nous sommes convaincus que nous sommes intelligents, éduqués, capables de bien conduire nos pays alors Dr Amos wilson nous dit:
"Et aussi longtemps que nous ne sommes pas instruits pour nous défendre contre ces personnes, alors nous sommes mal éduqués. Rien d'autre n'est plus important. En fin de compte, l'intelligence doit être définie en termes de la mesure dans laquelle il résout vos problèmes. La nature de l'éducation aujourd'hui vous prépare à résoudre leurs problèmes et non les votre. Voilà pourquoi vous étudier leurs livres, vous allez à leurs écoles, vous apprenez leurs informations, leurs langues, leurs styles, leurs perceptions des choses , ainsi lorsque vous sortez de l'école, vous êtes aptes à résoudre des problèmes d'ordre Européen , mais vous ne pouvez pas résoudre les vôtres, vous même ? Et vous osez vous appeler " intelligent " ? Voilà le comble de la stupidité!"

Le comble est qu’aujourd’hui, tous les linguistes sont d’accord qu’enseigner les langues africaines aux écoliers est beaucoup plus bénéfique pour un bon apprentissage que les langues étrangères. Ainsi Professeur Diop nous dit :
"Il est plus efficace de développer une langue nationale que de cultiver une langue étrangère ; un enseignement qui serait donné dans une langue maternelle permettrait d'éviter des années de retard dans l'acquisition de la connaissance. Très souvent l'expression étrangère est comme un revêtement étanche qui empêche notre esprit d'accéder au contenu des mots qui est la réalité. Le développement de la réflexion fait alors place à celui de la mémoire. […]. "
En effet, des pays brave africains ont déjà expérimenté ce phénomène et les résultats montrent que les élèves enseignés dans leurs propres langues maternelles sont beaucoup plus fort dans les autres disciplines que les autres initiés dans les langues impériales. 

Dans ce cas, à nous de se demander pourquoi diable nous ne décidons pas une bonne fois pour toute de se débarrasser de ces langues qui oppriment, marginalisent nos concitoyens ? 

Mais la réponse est simple, l’homme noir n’est pas près à se débarrasser de ces chaines qui le lient à son maitre blanc. Pour certains penseurs, la langue maternelle déjà parlée ne peut pas être apprise à l'école car c'est une trivialité d'apprendre ce qu'on assimile à priori. Mais que dites vous de l’autonomie linguistique ? 

Anthoumani Moussa : Doctorant en (African and Postcolonial Studies) UCAD, Sénégal 
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Du 1er au 31 décembre 2016, Participez au grand tirage au sort et tentez de gagner 2 billets d'avion Aller-retour avec Kenya Airways...
INSCRIVEZ VOUS!
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.