[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
L’ancien candidat à la présidentielle, Saïd Larifou du parti RIDJA, brosse un tableau noir de la situation économique du pays, dans cet entretien accordé à Al-fajr. En exhortant le président Azali à être un bâtisseur, il appelle cependant l'opposition à se structurer et réfléchir pour un avenir radieux.

Question : Etat avocat et politicien, comment expliquez vous le vote de la motion de censure du conseil de l’ile de Ngazidja ?

Étant avocat et homme politique, d'abord, sur l'aspect politique de votre question je constate avec satisfaction qu'il y a une opposition vigilante, critique et très forte au conseil de l'île. Elle semble assumer ses responsabilités pour avoir soumis à la critique démocratique les actions et les initiatives au demeurant hasardeuses et cavalières du Gouverneur de Ngazidja prises en violation de la constitution. Ensuite, juridiquement la cour a donné raison aux conseillers en ce qu'elle a annulé la décision controversée du Gouverneur qui de ce fait tirer les conséquences de son échec et prendre ses responsabilités. Cette épisode est très importante pour notre jeune démocratie et je félicite les acteurs impliqués dans ce dossier notamment les conseillers de l'Ile et la cour constitutionnelle chacun a son niveau pour leur contribution à l'émergence d'un Etat de Droit aux Comores.

Question : Est –il le moment de passer à un acte pareil ?

Le Gouverneur a viole la constitution, il est normal que le conseil, garant du respect des instituons insulaires hausse le ton. Nos dirigeants doivent savoir soumettre leur décision à la légalité afin d'éviter notre pays l'anarchie qui nous a fait et nous fait encore reculer. Oui le conseil de l'île de Ngazidja a eu raison et a fait son job.

Question : Le gouvernement vient de rompre le contrat d’achat de 5 moteurs, que diriez-vous ?

Sur un sujet déclaré légitimement prioritaire par le Président AZALI, je pense qu'il est de son devoir et de sa responsabilité personnelle de reprendre ce dossier ultra sensible et vital pour la survie de notre économie et pour le bien être de la population. A ce titre, il doit de respect et d'explication à la population et doit impérativement s'adresser aux comoriens pour nous dire la vérité sur ce dossier et les raisons de l'échec de son équipe. Il est vrai que le fiasco sur cette opération d'achat de groupes était prévisible et que l'urgence et la nécessité de les acquérir ne dispensait pas l'Etat de le faire dans la légalité et la prudence requises en pareil circonstance. La dissimulation et le manque de transparence dans le montage de cette opération dissimule des choses et favorise toutes formes de suspicions tantôt fondées tantôt farfelues propagées dans les cafés, les taxis brousses et les radios périphériques et cocotiers. 

C'est la crédibilité de la parole politique qui prends un coup et ce d'autant que la lettre soit disant de « résolution » de ce contrat d'achat de groupe intervient peu de temps après le voyage effectué par un des vices présidents de l'Union des Comores à Dubaï pour se rassurer de la bonne exécution de ce contrat et qu'il avait même rassure l'opinion de l'arrivée imminente de ces groupes. Un autre vice Président, celui charge personnellement de ce dossier déclare qu'aucun centime n'a été versé au vendeur de ces groupes alors qu'une partie de la commande notamment 2 groupes envoyés par bateau sont en route en direction des Comores.

L'opinion s'empare de ces incohérences pour cracher sur tous les politiciens avec des accusations d'une extrême gravité. Je pense qu'il est de la crédibilité de la parole politique que ce contrat soit publié et après tout il s'agit de l'argent public nous les comoriens nous sommes en droit de savoir et de disposer des preuves de l'utilisation faite de notre maigre économie. Heureusement que le vice président s'est ressaisie et décide finalement de suivre la voie légale en faisant un appel d'offres. Cette Procédure est un gage de transparence et écarte en théorie et en principe toute forme de corruption.

Question : Vous avez lancé récemment annoncé un projet social à Mbadjini ou en est avec ce projet ?

Effectivement, je partage avec des amis l'idée selon laquelle nos richesses et nos potentielles économiques et culturelles ne sont pas exploitées et que nos Régions et notre population accueillante et tolérante constituent des atouts pour notre pays. Nous avons décidé de créer des associations en raison d'une association par région des Comores en tout, on a 22 associations. Dans chaque région il y a une association dite Conseil régional pour le Développement Economique delà région concernée. Nous n'avons ni les moyens financiers Ni les ressources humaines pour engager des actions simultanément dans toutes les Régions des Comores c'est pourquoi nous avons cible des Régions pilotes à la grande Comores Mohéli et Anjouan et espérons travailler avec des communes de Mayotte.

L'objectif principal de ces associations créer des activités certes modestes mais utiles et vitales pour pouvoir maintenir les populations dans leur région Nous avons comme ambition de créer des richesses dans l'artisanat, l’agriculture, la pêche et le tourisme et comptons beaucoup sur le soutien de l'Etat pour réaliser nos objectifs Précisément, pour lancer nos premières actions nous organisons le 19 novembre la 1ere Edition. Du CARNAVAL de Badjini à Foumbouni , chef lieu de Badjini. Le 21 novembre l'ouverture de la Foire formatrice artisanale de Foumbouni qui verra la participation des artisans formateurs malgaches et le 3 décembre l'ouverture du Marché Régional de Badjini à Chindini Badjini et deux autres Régions sont des territoires pilotes de nos projets pour la grande Comores Nous aurons l'occasion d'en parler très prochainement.

Question : En revenant sur l’actualité, quel constat faites-vous sur la situation générale du pays ce dernier moi ?

La population et les opérateurs économiques sont très inquiets du manque de lisibilité de l'action du gouvernement qui il faut le dire est quant composé d'éléments qui sur la forme devaient propulser les Comores vers de nouveaux horizons. Une équipe jeune, diplômée avec un a priori favorable entoure le Président Azali et logiquement le pays devrait opérer des réformes en profondeur et bouleverser les habitudes quitte à provoquer des mécontentements. Cependant les premières mesures prises ont choqué par leur contradiction et l'absence de toute logique et de bon sens au regard de l'état chaotique du pays.

En effet, comment comprendre qu'un Etat mendiant comme le nôtre fasse le tour du monde pour obtenir de l'argent pour payer les salaires de ses fonctionnaires alors que le chef de l'Etat augmente le salaire des membres du gouvernement et peut être aussi le sien et en même temps , simultanément il licencie 2800 agents des sociétés d'état tous diplômes de l'université des Comores soit disant pour des raisons financières et recrutement électoraliste alors que ceux embauches récemment l'ont été sans la moindre transparence. Ces licenciements massifs sont juridiquement contestables car prononcés collectivement sans entretien préalable ni notification individuelle et socialement intolérable car il s'agit tous des jeunes diplômés qui finalement sont dans les rues des Comores et d'autres ont pris le risque de fuir le pays dans des conditions et circonstances périlleuses pour eux. Cette anarchie ne peut continuer et sans réaction responsable et urgente du chef de l'Etat un chaos est inévitable et une réaction violente de la population n'est pas à exclure.

Nos présidents doivent arrêter de faire le tour du monde pour mendier de l'argent pour payer ses fonctionnaires et les salaires, les perdîmes et alimentés le coffre forts du Président. L'argent de la citoyenneté et d'autres fonds exceptionnels n'ont pas été affectés pour des investissements publics notamment pour les hôpitaux les écoles des instituts et l'université des routes mais à payer des dépenses de nos dirigeants et leurs lieutenants et épouses. Comment justifier la fermeture d'une clinique populaire et la fermeture d'un institut universitaire alors que des jeunes comoriens s'aventurent à l'étranger pour se former et nos malades se baladés dans les hôpitaux malgaches mauriciens à Tanzanie et Nairobi voir en Egypte pour des soins qui pourraient être prodigues aux Comores à moindre coût. Je ne peux personnellement assister au spectacle mortuaire de l'hôpital El-Maarouf et a l'état de délabrement de notre pays sans assumer mes responsabilités de père de responsable Politique et d'homme comorien qui aime son pays.

On ne peut pas laisser ce pays abîmer sans réagir il est temps que le Président Azali, le bâtisseur et non le Imam, s'adresse aux comoriens pour nous donner sans état d'âme l'état du pays et fixe le CAP qu'il enfile les habits de bâtisseur et laisse aux religieux ceux de Imam. La situation actuelle des Comores est favorable à l'émergence des extrêmes et des charlatans Il est donc urgent pour le Président Azali de réagir et d'agir. En tant que garant de nos institutions, il est le seul à pouvoir y apporter des solutions responsables et durables.

Question : On dit souvent que vous avez l’habitude d’en parler, mais moins d’action, que préconisez-vous comme solution ?

C'est normal car je n'ai jamais assume des fonctions publiques. En revanche avec mes modestes moyens je montre le chemin, je trace et défini une logique qui me semble adaptée pour les Comores de demain et j'y crois. En passant, je souligne avoir beaucoup donné pour ce pays. Avec mes deniers personnels, j'ai défendu l'honneur de ce pays lorsqu'il était foulé au sol 2 fois par Bob Denard. L'honneur des comoriens lorsqu'ils sont malmenés à l'étranger que ca soit dans le cadre de mes activités d'avocat ou dans le cadre de mes actions politiques. Aux Comores, grâce à moi une Génération des journalistes et animateurs a émergé et une bibliothèque a constitué un support et soutien à des jeunes et cadres comoriens. L'équipement des hôpitaux en Oxygène lorsqu'il en manquait à l'hôpital El-Maarouf et maintenant ce projet d'envergure de sortir les jeunes du chômage par la création des pôles régionaux qui ont vocation à les insérer professionnellement. Le Carnaval et la foire ainsi que le marché. Ce sont des actions concrètes qui si elles se réalisent constituerons mon apport pour mon pays.

Je crois beaucoup aux possibilités de notre pays de s'en sortir Il n'y a pas de fatalité à la corruption au détournement des deniers publics et la pauvreté. Il revient au Président de la république d'engager des vraies réformes institutionnelles en adéquation avec les changements constatés dans notre société que ca soit sur le domaine social, cultuel et religieux. Il doit rassembler les comoriens pour réfléchir sans tabou et en profondeur sur toutes les questions de la Société comorienne d'aujourd'hui et de demain faute de quoi nous subirons et laisserons à nos enfants un héritage indigne de nous.

Propos recueillis par
Nakidine Hassane
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Du 1er au 31 décembre 2016, Participez au grand tirage au sort et tentez de gagner 2 billets d'avion Aller-retour avec Kenya Airways...
INSCRIVEZ VOUS!
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.