[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
Disons-le honnêtement: ce début de mandat peine franchement à recueillir dans l’opinion comorienne un consensus favorable. La seule et unique raison ? Les nominations successives semblent difficiles à interpréter pour le commun des mortels. Mais peut-être que le Président de la République a ses raisons que nous, pauvres mortels, nous n’avons pas ! Ne serait-il quand même pas dans ses propres intérêts que ses électeurs et soutiens comprennent au moins sa démarche ?

Et pourtant, une décision prise par le Chef de l’Etat, fortement contestée par la majorité de l’opinion, me paraît excellente : celle de hisser le Franco-Comorien Jean-Marc Heintz à la tête de l’aviation civile comorienne.

Et pourtant, cette nomination, plus que les autres peut-être, a suscité une forte condamnation de l’opinion. Et pour au moins deux raisons. La première est que Jean-Marc Heintz est un Français ethniquement blanc. Le fond raciste des Comoriens allié au sentiment anti-Français excité par les dernières élections se fédèrent et trouvent en Jean-Marc Heintz une cible commune et facile. Eh oui, pourquoi le cacher ? Les comoriens sont encore aujourd’hui majoritairement racistes pour des raisons essentiellement religieuses et politiques.

Il n’y a qu’avoir comment ils traitent les leurs qui osent épouser une autre ethnie. Quant au soutien aveugle de la France à l’équipe perdante lors des dernières élections, Jean-Marc Heintz n’y est absolument pour rien. Il serait donc vraiment stupide de vouloir le lui faire payer sous-prétexte qu’il est Français : tous les Français ne cautionnaient pas l’attitude irresponsable de Robby Judes et de ses amis qui voulaient imposer Mamadou aux Comoriens. Au demeurant, si la couleur de la peau suffisait à expliquer le comportement humain, l’actuel ambassadeur de France, noir comme la majeure partie des Comoriens, aurait soutenu les intérêts comoriens !

La deuxième raison qui explique la condamnation de la nomination de Jean-Marc Heintz à la tête de l’ANACM est plus avouable mais fort discutable : Azali aurait eu tort de mettre à la tête de cette entreprise publique un mauvais chef d’entreprise. Ceux qui avancent cet argument font référence à Comores Aviation International (ancienne propriété de Heintz créée en 1999) qui a fait faillite. Sauf que là non plus la raison ne prime toujours pas. Qui a cherché à comprendre les raisons du dépôt de bilan de cette entreprise ?

Absolument personne. Comme souvent, les commentateurs comoriens se limitent au constat. Un rappel économique simple : quand dans un pays gouverné, une entreprise fait face à des difficultés financières, la puissance publique a toujours deux choix : soit elle l’aide à se relever, soit elle la laisse disparaître. N’y aurait-il pas un lien entre la mort de Comores Aviation et la naissance d’AB Aviation ? Je veux être explicite : l’équipe de Sambi n’aurait-il pas laissé volontairement disparaître Comores Aviation pour offrir généreusement le marché à ses amis d’AB Aviation ?
Je fais personnellement partie de ceux qui pensent que Heintz est l’homme qu’il faut à la place. Et là encore pour au moins deux raisons. Car il est un fin connaisseur des questions dont il a la charge (un pilote de ligne doublé d’un chef d’entreprise qui vit aux Comores depuis plus de deux décennies). Ensuite, parce son projet pour l’entreprise répond à besoins des Comoriens : certification de l’ANACM, transports des Comoriens de l’étranger, régulation des tarifs imposés par les compagnies aériennes desservant les Comores, désenclavement du ciel comorien…

En confiant à Jean-Marc Heintz une entreprise publique comorienne aussi stratégique que l’ANACM, Azali a certainement voulu délivrer deux leçons. La première, philosophique, est destinée à ses compatriotes : l’attitude humaine n’a strictement aucun rapport avec la couleur de la peau. Et pour cause : Jean-Marc Heintz, blanc, défend les intérêts comoriens tandis que Robby Judes, Noir, défend les intérêts impériaux. La deuxième, politique, est destinée à nos amis français : combattre l’insolence néo-impériale française ne signifie pas nécessairement être anti-Français. Qu’ils ne voient donc pas en Azali une menace pour leurs intérêts, qu’ils oublient les moments pénibles de la dernière campagne électorale pour se mettre autour de la table afin d’envisager, dans le respect mutuel, l’avenir. Au fait, qui a dit qu’Azali avait perdu la raison depuis son retour à Beit Salam ?

Nassurdine Ali Mhoumadi, docteur ès Lettres
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Du 1er au 31 décembre 2016, Participez au grand tirage au sort et tentez de gagner 2 billets d'avion Aller-retour avec Kenya Airways...
INSCRIVEZ VOUS!
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.