[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
Depuis des années que les Comores interviennent pour le développement des infrastructures plus particulièrement routières, ils ne trouvent pas la solution sur leurs dégradations. Les chaussées aux Comores ne respectent la durée normale et parfois exagère « une route qui se dégrade en une semaine de sa construction » Dans cet archipel, une seule chaussée dite la route nationale construite il y a plus de 30ans pas Colas qui a bien respecté la durée et c’est maintenant qu’on voit certains dégradations dues à la fatigue de la chaussée.

Cette entreprise a bien respecté toutes les normes en vigueurs et aussi ils ont construit tous ouvrages de dépendance de la chaussée. On vous rappelle qu’un chaussée d’une bonne conception, et bonne construction peut durer jusqu’à 25ans ou 30 ans selon le type de la chaussée (nationale, départementale …)

Selon le guide SETRA (Société Européenne des Travaux Routiers et Assainissement), et GTR (Guide de Terrassement Routier) trois (3) facteurs majeurs qui causent la dégradation d’une route : 
  1. Le Trafic poids lourds, aux Comores les entreprises ne font pas des études donc ne le respectent pas 
  2. Le Climat, Aux Comores le climat est très défavorable pour le développement des infrastructures et aucune route assainie ni drainée 
  3. Les malfaçons, les entreprises aux Comores ne respectent pas les lois et les normes en vigueurs, les matériaux utilisés (pouzzolanes rouges) en remblai, n’ont pas les caractéristiques géotechniques pouvant être utilisé en remblai ou en couche de forme.et l’énergie de compactage n’est pas respectée. 
  4. (J’ajoute aussi la politique du pays, qui recrute des Entreprises et des Bureau d’Etudes incapables de tels projets). 
(Exemple, on construit un remblai, après le passage d’une voiture on trouve un nid de poule). Ces matériaux pouzzolaniques sont les fruits d’une roche volcanique basique, qui vient de s’altérer, la pouzzolane rouge devient après compactage un sol fin de caractéristiques géotechnique médiocres. Donc avant leur utilisation il faut passer à l’analyse d’identification au laboratoire pour connaitre la qualité de ces matériaux (caractéristiques géotechniques). 

Laboratoire délaissé 

Pour améliorer la qualité des infrastructures aux Comores, il faut tout d’abord avoir un laboratoire national qui sera équipé des équipements, des ingénieurs, des techniciens spécialisés. On se rappelle qu’au laboratoire national de travaux publics sis au Magoudjou, est délaissé, ni matériels, ni personnel et pourtant soit distants entreprises viennent pour des analyses avec des résultats non concluants. 

Rôles du laboratoire 

Le laboratoire a une importance majeure pour le développement d’un pays : 
  • Facilite les études des projets et leurs réalisations 
  • Diminue le chômage en recrutant des techniciens, des ingénieurs et aussi des manœuvres 
  • Rendre les infrastructures plus durables en respectant les normes et les lois en vigueurs 
  • Aident les entreprises de faciliter leurs projets …. 
  • Facilite les recherches scientifiques et les études d’instabilités des versants dans notre pays 
  • Facilite les études des universitaires du domaine la Génie Civil et de la Terre et Environnement 
NB : le manque d’un laboratoire boque mes recherches sur l’amélioration de la qualité des matériaux pour les travaux publics et pour le ciment à base de pouzzolane. 

L’Utilité du laboratoire 

Presque toutes les institutions ont besoin pour leur travail utiliser des laboratoires on peut citer 

  • Les travaux publics pour le contrôle des travaux des entreprises avant, pendant et après leur travaux. 
  • Le COSEP pour les analyses des versants (Glissement de terrain) et les affaissements (étude géotechnique détaillée) 
  • Le CNDRS pour faciliter leur projet des recherches qui sont en cours et pouvoir visionner d’autres projets 
  • L’UNIVERSITE pour faire entrer les étudiants dans le monde réel et sortir dans la théorie et faciliter aussi leur mémoire de fin d’études. 

Conclusion 

Pour finir, il est d’urgence que le nouveau gouvernement plus particulièrement le Ministre de l’aménagement et le Secrétaire d’Etat chargé du secteur Urbanisme, Habitat et Infrastructure, réagissent à l’immédiat pour une solution immédiate avant que l’argent du pays passe dans des projets des infrastructures non contrôlées et mal construites. 

Abdallah Ali, Ingénieur géotechnicien (master II) en Algérie, 
Enseignant chercheur à l’institut ISPC 
Demebeni Bdjini Ouest 
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Du 1er au 31 décembre 2016, Participez au grand tirage au sort et tentez de gagner 2 billets d'avion Aller-retour avec Kenya Airways...
INSCRIVEZ VOUS!
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.