[ads-post]

© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)-
La haine de l'autre ronge une région.
Il est possible de définir la "haine" comme la négation radicale d'une personne. Elle correspond à l'intention de détruire l'autre, en l’attaquant dans son être et dans son humanité. Un prétexte fréquent donné à la haine est d'accuser la partie adverse d'en être elle-même animée. En tant qu’accusation elle est en ce sens un outil de manipulation de masse.

Revenons dans l’histoire des Comoriens et son immigration

Les Comores étaient connues pour sa forte migration vers Zanzibar pour apprendre la science islamique. Une partie d'entre eux, environ 15 000, préfèrent rester pour fuir la guerre que livrait les princes de la grande Comores ou soit simplement pour chercher du travail. Elle était composée en majorité des fonctionnaires et des commerçants. Dès 1964, la situation des Comoriens dans le sultanat de Zanzibar et à Dar Es-Salam était menacée suite à une révolution dirigée par John Okelo sous ce règne d'un gouvernement révolutionnaire de KARUMÉ.

Les Comoriens étaient assimilés à la minorité Arabe. Ils étaient durement touchés par cette répression. Massacres, pillages et expulsions. 50 ans après, aucun monument de rappel à l'histoire n’a été érigé.

Une autre déchirure. Majunga

Une majorité des Comoriens partaient pour des raisons économiques ou éducatives pour s'installer à Madagascar. Cela fut un désastre, plus de 1 000 personnes ont été massacrées et environ 16 000 ont été forcées à quitter leur domicile et retourner aux Comores dépossédées de leur bien. Jusqu'à ce jour, aucun monument de rappel à l'histoire pour que nos enfants sachent la vérité. Ce Travail de mémoire est nécessaire. Il est d'ordre moral, pour que le peuple puisse se libérer et marcher vers l'avant.

Mayotte

N''a pas échappé à cette migration économique. La crise sociale a poussé certaines femmes, enfant, jeunes et vieux à prendre le risque de traverser le plus grand cimetière marin pour tenter sa chance chez les voisins. La chance mais laquelle? de partir en France, de rester pour subvenir à ses besoins et ceux de sa famille ou de pouvoir se soigner. Mayotte n'a pas d'âme ou Mayotte joue sa survie. Il est vrai que la situation économique mondiale n'arrange pas les choses. Les candidats à l’immigration de Moroni et Mutsamudu, étouffés par des politiciens de mauvaise foi, quittent leurs villes pour une aventure qui peut tourner au cauchemar. Rafik Adili, ©habarizacomores.com
© www.habarizacomores.com (Habari Za Comores)
Si vous souhaitez publier un article sur Habarizacomores.com
CLIQUEZ ICI SVP!
HabarizaComores.com est un site d’échanges. Les commentaires doivent être conformes aux règles relatives à la publication de commentaires. En tout cas, on se réserve le droit de supprimer (voire bloquer le compte) tout commentaire qui ne répondrait pas à la charte du site.Merci de votre compréhension !
Charte d'utilisation
Catégorie (s) & Auteur :

Administrateur

{picture#https://lh6.googleusercontent.com/-tt-fPQLpGls/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAA-kU/_QmMDncltFE/s120-c/photo.jpg} Administrateur et gestionnaire du site www.habarizacomores.com. {facebook#https://www.facebook.com/hakim.ahamedzoubeiri} {twitter#https://twitter.com/HabarizaComores} {google#https://plus.google.com/+HakimAHAMEDZOUBEIRI} {pinterest#YOUR_SOCIAL_PROFILE_URL} {youtube#https://www.youtube.com/user/mikah01} {instagram#http://www.linkedin.com/pub/hakim-ahamed-zoubeiri/3b/5b3/a32}

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.